Ligue des nations: Guedes, le nouvel Eder

Gonçalo Guedes marque pour le Portugal contre les Pays-Bas, en finale de la Ligue des Nations, le 9 juin 2019 à Porto
Par Bruno CRAVO / © 2019 AFP

Longtemps maladroit, Gonçalo Guedes a finalement été le héros inattendu du Portugal en marquant le but victorieux face aux Pays-Bas (1-0) dimanche en finale de la Ligue des nations. Un peu comme un certain Eder, l’improbable buteur de la finale de l’Euro-2016.

Avec une frappe en force sur un service de Bernardo Silva à l’entrée de la surface néerlandaise, l’attaquant de Valence, titulaire surprise, a délivré le stade du Dragon de Porto et tout un pays (60e).

Mais avant de permettre au Portugal de remporter son second titre international après l’Euro-2016 et la première Ligue des nations de l’histoire, le joueur de 22 ans a beaucoup vendangé, disputant sa finale à contre-courant de ses coéquipiers.

Alors que Cristiano Ronaldo se démenait face à la talentueuse charnière centrale des Pays-Bas Virgil Van Dijk-Matthijs de Ligt, que Bernardo Silva pressait comme un damné la relance néerlandaise et que Bruno Fernandes enchaînait les frappes, il revenait à Gonçalo Guedes de prendre de vitesse le bloc néerlandais et d’exploiter les décalages.

Mais le récent vainqueur de la Coupe d’Espagne face au FC Barcelone (2-1) a de nombreuses fois foncé tête baissée dans la défense néerlandaise, tel un taureau, sans se montrer efficace.

Et quand il a daigné lever la tête, c’était souvent pour faire un choix dénué de toute logique, trompant ses partenaires mais pas ses adversaires…

Son début de seconde période a parfaitement résumé ses carences. Il n’a pas redonné en retrait un ballon rudement gagné par Cristiano Ronaldo face à De Ligt (53e) et n’a pas assuré son centre alors que plusieurs coéquipiers s’étaient démarqués dans la surface des “Oranje” (54e).

Revanche

Juste avant son but, il a surtout gâché une énorme situation de supériorité numérique sur une contre-attaque en ne voyant pas Bernardo Silva qui filait seul dans l’espace.

Mais le sauveur du Portugal en finale, une nouvelle fois, n’était pas Cristiano Ronaldo, qui a chaudement félicité Guedes après l’ouverture du score.

A la manière d’Eder au cœur de la prolongation face à la France en finale de l’Euro-2016, Guedes a marqué quand plus personne ne l’attendait.

Avant de céder sa place, exténué, à l’ailier du Benfica Lisbonne Rafa Silva à la 75e minute, le joueur formé chez les “Aigles” a passé les dernières minutes de son match à bien défendre son couloir gauche, désertant l’attaque.

Après une saison où il a souvent été blessé, l’ancien joueur du PSG a eu le droit à l’ovation de tout le public portugais à sa sortie.

N’étant plus le premier choix de Fernando Santos pour accompagner Cristiano Ronaldo en attaque depuis le Mondial-2018, il a pu savourer sa revanche, lui, l’attaquant surprise.

Au coup de sifflet final, chacun de ses coéquipiers est venu le saluer et, mains derrière le dos, il a répondu aux questions des caméras qui ont commencé à affluer vers lui.

Les projecteurs se sont, pour un instant, déviés de Cristiano Ronaldo en “Seleçcao”. La dernière fois que cela était arrivé chez les champions d’Europe en titre, c’était pour se focaliser sur Eder qui doit désormais faire une place à Guedes parmi les héros inattendus du football portugais.