Ligue des nations: De Ligt et Depay, de l’ombre à la lumière

Le défenseur néerlandais Matthijs De Ligt (g) à la lutte avec l’attaquant anglais Marcus Rashford en demi-finale de la Ligue des nations, le 6 juin 2019 à Guimaraes
Par Bruno CRAVO / © 2019 AFP

D’abord maladroits, les Néerlandais Matthijs De Ligt et Memphis Depay se sont rachetés en beauté pour venir à bout de l’Angleterre (3-1), jeudi en demi-finale de la Ligue des nations, et rapprocher les Pays-Bas d’un trophée attendu depuis trois décennies.

Associé dans l’axe de la défense au capitaine Virgil Van Dijk, récent vainqueur de la Ligue des champions avec Liverpool, De Ligt (19 ans) a commencé son match solidement, éteignant les attaques anglaises.

A l’autre bout du terrain, Depay débutait quant à lui sa rencontre en multipliant les maladresses. L’avant-centre de l’Olympique Lyonnais s’emmêlait par exemple les pinceaux alors qu’il se trouvait seul sur une contre-attaque intéressante des Pays-Bas (12e).

Le début d’une succession de mauvais contrôles et de passes hasardeuses pour l’ancien joueur de Manchester United. A la demi-heure de jeu, le joueur de 25 ans était de loin le moins bon élément de son équipe malgré une frappe bien captée par le gardien anglais Jordan Pickford (21e).

Mais c’est bien De Ligt, impérial jusque-là, qui a permis aux Anglais de passer devant en commettant deux erreurs coup sur coup.

Le rebond de De Ligt

Un contrôle mal négocié par manque de concentration suivi d’un tacle en retard sur Marcus Rashford, synonyme de penalty transformé par le joueur de Manchester United (32e), ont d’abord laissé penser qu’il serait le coupable de l’élimination des siens.

Mais le capitaine de l’Ajax Amsterdam, brillant cette saison en Ligue des champions, n’a pas flanché et repris son match comme il l’avait entamé.

“Sa grande qualité, c’est qu’il n’a que 19 ans et on dirait qu’il a l’expérience d’un joueur de 25 ans.” disait de lui son sélectionneur Ronald Koeman à la veille du match.

Et c’est sans doute grâce à cette maturité d’esprit qu’au retour des vestiaires, le défenseur central qui suscite l’intérêt de plusieurs grosses écuries, le FC Barcelone et le Paris Saint-Germain en tête, a rebondi.

Jaillissant plusieurs fois sur l’attaquant vedette de Tottenham Harry Kane, entré à la pause, De Ligt a permis à son équipe de remonter sur le terrain pour aller mettre la pression sur l’arrière-garde anglaise.

Et après une grosse domination néerlandaise, il s’est élevé plus haut que tout le monde sur un corner de… Memphis Depay pour placer une puissante tête et remettre les deux équipes à égalité (73e).

Ensuite, il a extrêmement bien géré la réaction anglaise, comme sur son tacle parfait devant Kane alors que l’avant-centre avait armé sa frappe à l’entrée de la surface (79e).

Depay en vedette

Serein, il a alors laissé la vedette à Depay, l’homme de la prolongation. S’il n’a pas tout réussi techniquement, le joueur de l’OL n’a pas baissé les bras, pour le plus grand plaisir des Pays-Bas.

C’est d’abord lui qui a été à l’origine du second but batave en tirant sur Pickford avant que le portier anglais ne relâche le ballon sur Kyle Walker, auteur d’un contre-son-camp sous la pression de Quincy Promes (97e).

Quelques instant plus tard, il plaçait une bonne tête mais Pickford sortait une belle claquette (99e).

Toujours sur courant alternatif

en témoigne une occasion de contre vendangée par une mauvaise passe (111e)

Depay a finalement offert la passe décisive à l’attaquant de Séville Quincy Promes après un ballon chipé dans la surface anglaise (114e).

Que retenir de son match ? Sa capacité à faire la différence, ou ses ratés, indigne d’un joueur désireux d’évoluer selon ses propres mots “dans une équipe qui joue au football et un plus grand club” que l’Olympique Lyonnais ?

Ses fulgurances font basculer son bilan dans le vert. Mais il faudra à l’avenir qu’il fasse preuve de plus de précision…car De Ligt ne sera peut-être pas toujours là pour rattraper ses occasions ratées!