Ligue des nations: Cristiano Ronaldo, prophète en son pays

La star du Portugal Cristiano Ronaldo heureux après son triplé contre la Suisse en demi-finale de la Ligue des Nations, le 5 juin 2019 à Porto
Par Bruno CRAVO / © 2019 AFP

Ici, Cristiano Ronaldo est chez lui: pour son grand retour en match couperet avec sa sélection, l’attaquant a signé un triplé retentissant devant son public mercredi contre la Suisse (3-1) en demi-finale de Ligue des nations, montrant combien le Portugal dépend toujours de lui.

La dernière fois que “CR7” avait porté les couleurs de son pays, c’était à l’occasion d’une réapparition ratée en mars dans le cadre des qualifications pour l’Euro-2020.

L’attaquant de 34 ans ne s’était pas montré décisif face à l’Ukraine (0-0) et avait dû sortir sur blessure, grimaçant, quelques jours plus tard face à la Serbie (1-1).

Mais lors de la demi-finale “Final Four” de la Ligue des nations, nouvelle compétition de l’UEFA à laquelle il n’a pas participé à la phase de groupes pour faciliter son adaptation avec son nouveau club de la Juventus Turin, Ronaldo n’a pas déçu et a été élu homme du match… en dépit de nouveaux déboires extra-sportifs mercredi après l’annonce du maintien de la plainte pour viol déposée contre lui aux Etats-Unis.

Devant son public, au stade du Dragon de Porto, il a été le premier joueur portugais à se mettre en évidence: bien décalé par Bernardo Silva, il a d’abord manqué le cadre alors qu’il semblait avoir le temps d’ajuster (12e).

Excellent enchaînement

Un manque de précision inhabituel que Ronaldo a vite rectifié. Parti dans une percée plein axe, il a été provoquer un coup franc quelque peu excentré à gauche de la surface. Les jambes écartées et après quelques pas d’élan, la superstar a envoyé une frappe à mi-hauteur qui a fait mouche sur la gauche du portier suisse Yann Sommer, resté immobile (25e).

Le quintuple vainqueur de la Ligue des champions a inscrit là son premier coup franc depuis celui face à l’Espagne au Mondial-2018 (3-3). Avant cela, il avait manqué ses 28 dernières tentatives.

Pour le reste de la première période, on l’a vu aérer le jeu comme sur cette bonne passe dans la profondeur (33e) ou avec une ouverture magique que le jeune Joao Félix n’a pas su convertir (45e).

On l’a même vu dribbler comme lors de ses jeunes années avec un excellent enchaînement feinte de centre-crochet (36e).

Deux buts salvateurs

Au retour des vestiaires, c’est en capitaine que Ronaldo est venu parler au gardien portugais Rui Patricio avant l’égalisation suisse sur penalty par Ricardo Rodriguez (57): le latéral évoluant à l’AC Milan, dans le même championnat que Ronaldo, l’attaquant avait semble-t-il un bon conseil à fournir. Le portier de Wolverhampton est parti du bon côté… mais n’a pas pu stopper le tir adverse.

CR7 a alors sonné la charge et multiplié les courses et les déplacements sur son côté gauche pour forcer le verrou suisse.

Toutefois, il a fallu attendre les derniers instants du match pour voir le quintuple Ballon d’Or revêtir son costume de sauveur.

L’attaquant de la Juve a parfaitement repris un centre en retrait pour délivrer le Portugal et plonger dans l’euphorie le stade du Dragon qui a scandé son nom pendant de nombreuses secondes (88e).

Et pour couronner son match XXL, le joueur formé au Sporting Portugal est parti dans un raid solitaire sur une contre-attaque supersonique pour décocher une merveille de tir enroulé du droit à l’entrée de la surface, marquant par la même occasion son 88e but en 157 sélections (90e).

Le stade a une nouvelle fois scandé le nom de son héros, définitivement lancé pour se placer dans la course au Ballon d’Or et remporter un second titre international après l’Euro-2016. Dans son pays, où il est définitivement le roi.