Ligue des Champions: Ronaldo sauve Manchester United pour son record de matches en C1

La joie de l’attaquant portugais de Manchester United Cristiano Ronaldo, après la victoire, 2-1 face à Villareal, lors de leur match de poule de la Ligue des Champions, le 29 septembre 2021 au Stade d’Old Trafford
/ © 2021 AFP

Cristiano Ronaldo, au bout du temps additionnel, a fêté son 178e match en Ligue des Champions, un record, en offrant un succès renversant et inespéré à Manchester United (2-1) face à Villarreal qui méritait mieux.

Battu pour son entrée en lice à Berne (3-2), là aussi dans le temps additionnel, Manchester United revient, avec ces 3 points très précieux, à la hauteur des Suisses, battus plus tôt à Bergame (1-0), futur double adversaire des Red Devils dans le groupe F.

Tout le monde se préparait à une bronca d’Old Trafford après une nouvelle prestation sans idée et sans passion des locaux quand “CR7” a laissé opérer sa magie.

Sur un centre de Fred, il a transmis de la tête à Jesse Lingard au coin des six mètres, mais ce dernier a eu l’intelligence de lui remettre et le Portugais a pu marquer dans un angle fermé pour délivrer tout le stade (2-1, 90+4).

Un 5e but en 5 matcheset le 136e en C1, là encore un recordpour Ronaldo mais qui ne masquera qu’en surface un bilan encore inquiétant pour Manchester United, qui a été copieusement dominé pendant une heure de jeu, avant de réagir assez sporadiquement après l’ouverture du score.

Les absences en défense d’Aaron Wan-Bissaka, expulsé à Berne pour le premier match et qui sera encore suspendu pour le prochain match contre Bergame, mais aussi de Luke Shaw à gauche et de Harry Maguire dans l’axe n’auguraient rien de bon.

Une ligne d’attaque peu dangereuse

Le résultat a été à la hauteur des craintes, Diogo Dalot, titularisé à droite ayant vécu un enfer face au Néerlandais Arnaut Danjuma.

Positionné comme milieu axial dans les phases de possession, Dalot a laissé beaucoup trop d’espace dans son dos à son adversaire qui l’a, en outre, passé presque à chaque fois en un-contre-un.

Sans un David de Gea une nouvelle fois très affûté avec des interventions impeccables devant l’ailier (6e, 10e) et sur une tête de Paco Alcacer sur un centre de Danjuma (17e), la “Sous-marin jaune” aurait pris l’avantage bien plus tôt.

Offensivement aussi, le bilan a été calamiteux.

La ligne d’attaque composée cette fois de Jadon Sancho, Mason Greenwood et Cristiano Ronaldo, n’a produit que très peu de danger.

On a même eu parfois le sentiment que cela surjouait en attaque, avec des passes trop appuyées ou une recherche de la passe improbable vouée à l’échec face à l’arrière-garde attentive et disciplinée des Espagnols.

Le match a semblé s’emballer en début de seconde période, quand les hommes d’Unai Emery ont été récompensés de leurs efforts sur un nouveau débordement de Danjuma, dont le centre de l’extérieur a trouvé la pointe du pied d’Alcacer à cinq mètres des buts (0-1, 53e).

Piqués au vif, les Red Devils ont immédiatement réagi, Fernandes envoyant au second poteau une balle en cloche pour une volée croisée de Telles qui est allée trouver, après rebond, le petit filet opposé (1-1, 60e).

Edinson Cavani a ensuite raté le cadre après avoir été tout surpris de voir un centre de Dalot arriver sur sa tête (79e) et un arrêt réflexe au début du temps additionnel de Rulli sur une reprise de Jesse Lingard, semblait devoir sauver le nul pour les Espagnols, jusqu’au coup de boutoir final de Ronaldo qui soulage beaucoup la pression sur Ole Gunnar Solskjaer.