Les joueurs de l’OL remercie les supporters Ă  la fin du match victorieux contre Benfica en C1, le 5 novembre 2019 Ă  DĂ©cines-Charpieu
Par Francois-Jean TIXIER / © 2019 AFP

Première sĂ©rie positive: avec trois victoires consĂ©cutives, la dernière mardi contre Benfica (3-1), l’OL retrouve peu Ă  peu les standards liĂ©s Ă  son rang et sa puissance financière, en Ligue des champions comme en Ligue 1, avant de dĂ©fier Marseille dimanche au VĂ©lodrome. Une dynamique toutefois fragile.

Revenu Ă  la 2e place de son groupe en C1 avant un match capital et possiblement dĂ©cisif pour la qualification Ă  Saint-PĂ©tersbourg, le 27 novembre, le club rhodanien, 10e en championnat, n’est qu’Ă  trois points de Nantes (3e) et de l’OM (4e), et quatre d’Angers (2e).

En cinq rencontres depuis l’arrivĂ©e de l’entraĂ®neur Rudi Garcia, de rĂ©els progrès sont Ă  noter dans l’animation offensive, mais des Ă©cueils restent Ă  combler: la rĂ©cupĂ©ration du balloncomme en seconde pĂ©riode face au club lisboèteen est un rĂ©current, la dĂ©pendance encore trop forte aux performances de Memphis Depay semble en devenir un autre.

Memphis figure de proue blessée

Celui-ci, endossant le costume de leader qu’il a toujours revendiquĂ©, a inscrit mardi son 50e but sous les couleurs lyonnaises depuis janvier 2017, mais surtout son cinquième but sur les quatre derniers matches disputĂ©s avec l’OL.

Et le remplacement du Néerlandais sur blessure à la mi-temps mardi soir a donné une idée de ce que peut être Lyon sans Memphis dans une période de convalescence liée à la prise de fonctions le 14 octobre de Garcia en remplacement du Brésilien Sylvinho.

“Il nous apporte de l’allant dans notre jeu, du liant. C’Ă©tait embĂŞtant de ne pas l’avoir en seconde pĂ©riode et ce serait embĂŞtant de ne pas l’avoir contre Marseille dimanche”, a constatĂ© le milieu Lucas Tousart, inquiet comme ses partenaires pour le facteur X du moment dans le RhĂ´ne, dont l’Ă©tat de santĂ© sera scrutĂ© de près ces prochaines heures.

Car Memphis Depay est indissociable du redressement de l’Olympique lyonnais et de la stabilitĂ© du onze de dĂ©part: il a en effet Ă©tĂ© l’homme de base de Rudi Garcia, qui a misĂ© sur la continuitĂ© dans une sĂ©rie de trois matches en huit jours pleins.

“Cela favorise les automatismes. Nous avons encore cinq jours avant de jouer Ă  Marseille. C’est presque une semaine complète pour nous prĂ©parer. Je suis conscient qu’il y a encore beaucoup de choses Ă  travailler mais les joueurs sont Ă  l’Ă©coute et sont appliquĂ©s”, se fĂ©licite l’entraĂ®neur lyonnais.

-“Il ne faudra pas se relâcher”

Il sait aussi Ă  quel point la situation est fragile, que la confiance mettra du temps Ă  revenir. Une frange des supporters, qui continue de le siffler Ă  chaque fois que son nom est prononcĂ© par le speaker, se chargera d’ailleurs de le lui rappeler au moindre faux pas: l’OL n’est pas Ă  l’abri d’une rechute.

“On a mangĂ© un peu notre pain noir depuis le dĂ©but de saison, ça fait du bien d’enchaĂ®ner des victoires. Tout le monde a le sourire mais il ne faut rien lâcher avant la trĂŞve”, a prĂ©venu le dĂ©fenseur LĂ©o Dubois mardi soir.

“C’est une belle sĂ©rie mais il ne faudra pas se relâcher car on a bien vu comment ça s’est passĂ© jusque lĂ ”, a poursuivi la recrue Jeff-Reine AdĂ©laĂŻde, se rappelant probablement qu’après neuf buts inscrits en deux matches d’ouverture du championnat, l’OL avait mis plus de deux mois Ă  dĂ©crocher une nouvelle victoire en Ligue 1.

D’oĂą l’importance d’insister sur la “mentalitĂ©” du groupe: “aujourd’hui, on se bat les uns pour les autres. On le voit clairement. On s’entraide et on joue les uns pour les autres”, a estimĂ© le milieu de terrain.

Au stade Vélodrome dimanche, la poursuite de la série passera forcément par là.