Ligue des champions: Liverpool donne la leçon à l’Atalanta (5-0)

La recrue estivale de Liverpool Diogo Jota s’est illustré, avec un triplé spectaculaire, contre l’Atalanta, en Ligue des champions, le 3 novembre 2020 Bergame
/ © 2020 AFP

Liverpool n’a pas laissé passer l’occasion de s’envoler en tête du groupe D de la Ligue des champions en allant donner la leçon (5-0) à une Atalanta dépassée, mardi à Bergame lors de la 3e journée.

Trois jours après avoir repris les rênes de la Premier League, le champion d’Angleterre remporte son troisième match de C1 en trois matches, en gardant sa cage toujours inviolée, dans un match où les attaquants s’en sont donné à coeur joie: Diogo Jota, auteur d’un triplé, Mohamed Salah et Sadio Mané ont profité des boulevards laissés par des Bergamasques apparus bien fatigués.

Les Reds entrevoient déjà les huitièmes de finale et c’est mérité tant ils ont dominé leur sujet dans ce que leur entraîneur Jürgen Klopp présentait pourtant comme leur “plus gros défi” depuis le début de la saison. Et ce sans Fabinho, Van Dijk ou Thiago.

L’Atalanta Bergame a fait illusion pendant un quart d’heure, le temps pour son attaquant colombien Luis Muriel de gâcher une belle occasion face au gardien des Reds Alisson Becker.

Une minute plus tard, Diogo Jota ouvrait le compteur de Liverpool: parfaitement lancé plein axe par Trent Alexander-Arnold, le Portugais battait le gardien italien Marco Sportiello d’un ballon piqué (16e). Et sur son occasion suivante, il décochait une frappe sèche synonyme de 2-0 (33e).

L’attaquant de 23 ans prouve en ce début de saison qu’il peut être davantage que le joker de luxe recruté auprès de Wolverhampton: il a marqué lors des quatre derniers matches des Reds et en est à sept réalisations cette saison toutes compétitions confondues avec Liverpool (plus trois buts avec le Portugal en Ligue des nations).

Largesses lombardes

Les deux buts de retard à la pause allaient assommer des Bergamasques, qui avaient débuté en restant fidèles à leur philosophie joueuse mais sans avoir les moyens de l’appliquer.

Le maître à jouer de la “Dea”, Alejandro Gomez, encensé lundi par Klopp pour sa fantaisie et sa science du décalage, a réussi quelques jolis gestes mais a été très vite éteint.

Courageusement, avec encore cette volonté de ne pas “dénaturer” un jeu tourné vers l’attaque, comme promis par son entraîneur Gian Piero Gasperini, l’Atalanta retentait le coup en seconde période. Mais c’était bien trop risqué face à ce Liverpool-là: en dix minutes, les Reds ont achevé le match avec trois buts, bien aidés par les largesses de la défense lombarde. Salah (47e), Mané (49e) et Diogo Jota encore lui (54e) s’y engouffraient pour sceller le score.

Le Colombien Duvan Zapata essaiera bien d’atténuer la correction mais sans plus de réussite (62e sur la barre, 68e, bel arrêt d’Alisson) que son compatriote Muriel en première période. Une soirée bien noire pour les Bergamasques, même s’ils étaient privés de Marten de Roon et de Robin Gosens, avant de recevoir l’Inter dimanche en Serie A.

L’objectif affiché par Gasperini était d’essayer de grappiller quelques points face à Liverpool pour se placer dans le mano a mano pour la deuxième place contre l’Ajax Amsterdam: il n’a plus qu’à espérer un miracle le 25 novembre à Anfield lors du match retour.