Ligue des champions: Tadic, cadre sur mesure pour les artistes de l’Ajax

La jeune garde de l’Ajax a séduit toute l’Europe. Pourtant l’un des acteurs-clés de son fabuleux parcours en Ligue des champions a 30 ans et un sens inné du spectacle : Dusan Tadic symbolise le recrutement malin du club d’Amsterdam pour sublimer les joyaux de son centre de formation.

Le match d’une vie entré dans la légende ajacide. Avec un but et deux passes décisives, le N.10 serbe a écrit avec ses talentueux coéquipiers l’une des plus belles pages de la très riche histoire du mythique club néerlandais contre le Real Madrid (4-1 au match retour) début mars, et a qualifié les siens pour les quarts de finale de la Ligue des champions (mercredi soir contre la Juventus Turin).

Et ce, en dépit d’un revers 2-1 à l’aller sur son terrain… Un exploit synonyme de qualification en quarts de finale de la prestigieuse compétition européenne pour la première fois depuis 2003 ! Une forme de renaissance pour le club façonné par Johan Cruyff, dont le dernier des quatre sacres remonte à 1995…

Grâce à qui ? La philosophie audacieuse de l’entraîneur Erik ten Hag, évidemment, la fougue de ses pépites maisons Frenkie de Jong (21 ans) ou Matthijs de Ligt (19 ans), bien sûr, mais aussi la malice de ses rares “vétérans” comme Lasse Schöne (32 ans), Daley Blind (29 ans) et surtout Dusan Tadic (30 ans) !

A l’instar de Robert Lewandowski, auteur d’un incroyable quadruplé contre Madrid avec Dortmund en 2013, le récital de l’attaquant serbe au stade Santiago Bernabeu a été récompensé d’un 10 sur 10 par le quotidien sportif L’Equipe. Rarissime.

– Chef d’oeuvre en trois actes –

Le chef d’oeuvre se décompose en trois actes : un sobre extérieur du pied, d’abord, pour mettre en orbite Hakim Ziyech, buteur d’un tir croisé; puis, après une incroyable “roulette” à la Zidane, un “caviar” parfait en direction de David Neres pour le deuxième but.

Le meneur de jeu Dusan Tadic évite le tacle de Luka Modric dans la large victoire de l’Ajax sur le Real Madrid à Bernabeu, le 5 mars 2019

Le clou du spectacle ? Cette frappe enroulée du gauche pure et imparable logée dans la lucarne de Thibaut Courtois… qui a toutefois dû attendre quelques minutes et le recours de la VAR pour être validé. La magie puis le suspense.

Face à l’arrière-garde expérimentée de la Juventus Turin, privée de Giorgio Chiellini, et un Cristiano Ronaldo prêt à prendre toute la lumière, Tadic réussira-t-il le même coup ? Qu’importe pour le public de la Johan Cruyff Arena, sevré des frissons européens depuis une éternité, la fierté est déjà retrouvée.

Mais sans les droits TV mirifiques de la Premier League ou l’apport de fonds étrangers comme au PSG ou à Manchester City, comment ce miracle a-t-il pu se produire avec le plus petit budget (estimé à 100 millions d’euros) des derniers quarts-de-finalistes ?

– Recrutement malin pour rivaliser –

“Il n’est pas à la hauteur de ceux de la Juventus (estimé à 400 M EUR) ou de Manchester City (estimé à 570 M EUR) donc nous avons eu besoin d’une stratégie propre pour rivaliser avec ces top clubs”, a déclaré l’entraîneur de l’Ajax Erik ten Hag, mardi lors de la conférence de presse d’avant-match.

Dusan Tadic avec l’Ajax contre le Bayern Munich, en phase de groupes de la Ligue des champions, le 12 décembre 2018 à Amsterdam

Elle repose sur trois piliers : la transmission des principes de jeu des maîtres Rinus Michels et Johan Cruyff, la valorisation de ses meilleurs jeunes comme De Jong (21 ans), qui rejoindra le FC Barcelone l’été prochain contre 75 M EUR, et un recrutement avisé pour encadrer ses joyaux.

Outre le retour au bercail de Daley Blind, l’Ajax a donc dépensé 11,4 millions d’euros cet été pour s’offrir le renfort de Dusan Tadic, en provenance de Southampton.

“On a essayé d’acheter deux joueurs avec une grande expérience internationale pour nous donner un meilleur équilibre. Vous pouvez voir le succès (de cette stratégie) cette saison”, s’est félicité Ten Hag.

Avec 20 buts inscrits en championnat et neuf passes décisives dans une position de “faux attaquant”, Tadic s’est imposé comme le joueur le plus décisif d’Eredivisie.

Au point de permettre à l’Ajax d’être en passe de reconquérir le titre de champion des Pays-Bas, qui le fuit depuis 2014, en prenant la tête du championnat ce week-end grâce à une meilleure différence de but que le PSV Eindhoven… et de retrouver une finale européenne, deux ans après l’épopée de 2017 en Ligue Europa ?