Ligue 2: le Paris FC double Ajaccio à la 2e place

Les joueurs du Paris FC après un but en Coupe de France contre Lyon, avant l’arrêt du match pour des incidents, le 17 décembre 2021 à Charléty
/ © 2022 AFP

Le Paris FC a subtilisé la deuxième place de la Ligue 2 à l’AC Ajaccio en s’imposant 2-0 face aux Corses, lors du choc de la 23e journée, délocalisé au Mans lundi soir.

Les Parisiens enchaînent un onzième match sans défaite en championnat et se glissent dans la peau du dauphin, à un point du leader Toulouse, vainqueur de Dijon 4-1 samedi. Le PFC a désormais deux points d’avance sur l’ACA.

La rencontre entre les deux équipes se déroulait à la MMArena du Mans en raison de la suspension du stade Charléty après les incidents en Coupe de France contre Lyon fin décembre. Les Parisiens retrouveront leur enceinte habituelle lors des trois prochains matches, à huis clos.

Cette affiche du haut du tableau entre les Parisiens, invaincus depuis fin octobre, et l’un de leurs concurrents pour la montée en Ligue 1, a d’abord donné lieu à un match fermé avant de s’emballer après la pause.

Meilleure défense de Ligue 2 avec seulement 10 buts encaissés avant cette rencontre, Ajaccio a muselé son adversaire pendant la première période.

Les Corses se sont même procurés le seule véritable occasion des 45 premières minutes avec une frappe de Gaëtan Courtet, repoussée du pied par le gardien du PFC Vincent Demarconnay (35e).

Au retour des vestiaires, les deux hommes ont encore été les protagonistes d’une nouvelle action, le portier parisien écartant cette fois une tête de l’attaquant ajaccien (51e).

Demarconnay, décidément décisif, s’est encore illustré une minute plus tard en déviant au-dessus de la transversale une frappe en ciseau de Jean-Philippe Krasso, prêté au mercato hivernal par Saint-Etienne.

Joueurs mais incapables de concrétiser, les Corses ont été punis par un contre éclair des Parisiens mené par Khalid Boutaïb et conclu par Alimami Gory (1-0, 53e).

Dans la foulée, les joueurs de Thierry Laurey ont fait le break grâce à un penalty de Morgan Guilavogui, qui s’est fait justice lui-même après avoir été fauché par le gardien corse Benjamin Leroy (2-0, 62e).