Ligue 1: Sven Botman, le come-back du roc lillois

Le défenseur lillois Sven Botman tente de stopper l’attaquant de Saint-Etienne Wahbi Khazri à Geoffroy-Guichard, le 21 août 2021
/ © 2021 AFP

Sans lui, Lille n’avait pas gagné en championnat: Sven Botman a fêté son retour de blessure par une victoire mercredi, à Rennes (2-1), et entend bien continuer à porter chance aux Dogues face à Troyes samedi.

Le défenseur central néerlandais de 21 ans, qui n’avait pas disputé une minute avec son club depuis près de deux mois, a participé au succès en Bretagne, qui fait beaucoup de bien après quatre nuls et deux défaites lors des six derniers matches.

Le Stade Rennais, qui occupait la deuxième place au coup d’envoi, a pourtant monopolisé le ballon et fait de nombreuses incursions dans le camp nordiste.

Botman, colosse de 1,95m et 86kg qui peut manquer d’explosivité, est à l’aise pour défendre prêt de son but. Avec cinq duels aériens gagnés et six dégagements défensifs, il a longtemps pleinement joué son rôle.

Et même si le club champion de France a encaissé un but dans les dernières minutes, sur lequel le Néerlandais n’est pas impliqué, l’avantage a été conservé jusqu’au bout (2-1).

“Je suis un compétiteur, on veut faire des +clean sheets+ et j’étais énervé quand on a pris ce but”, a dit Botman en conférence de presse vendredi.

La dernière fois que Lille a gardé sa cage inviolée en Ligue 1, c’était le 3 octobre et c’est Marseille qui s’inclinait au stade Pierre-Mauroy (2-0). Sven Botman, titulaire pour la neuvième fois en autant de journées, avait vécu un match tranquille.

“Difficile mentalement”

Une semaine plus tard, il se blessait lors d’un match avec la sélection Espoirs des Pays-Bas. Sorti en début de seconde période, il apprenait le verdict à son retour dans le Nord: lésion musculaire du quadriceps gauche, six semaines d’arrêt minimum.

“C’était difficile mentalement de suivre l’équipe à la télévision car c’était la première fois dans ma carrière que je ne pouvais pas jouer pendant un moment”, a-t-il expliqué.

En son absence, Tiago Djalo a longtemps impressionné. Lui le central régulièrement amené à dépanner comme latéral droit retrouvait enfin un poste qu’il connaît. A un détail près: pour ne pas changer les habitudes du capitaine José Fonte, le droitier a dû évoluer axe gauche, zone où le gaucher Botman est naturellement plus à l’aise.

Une fin d’intérim un peu plus difficile, le statut de l’habituel titulaire et la suspension du latéral droit Zeki Celik ont accéléré le retour à la formule initiale. Laquelle a immédiatement fonctionné, comme si le binôme Fonte-Botman ne s’était jamais quitté.

“Sven a répondu présent de suite et ce n’est pas évident après huit semaines d’absence et une première blessure, surtout à Rennes avec seulement 45 minutes de jeu avec la réserve derrière lui”, a jugé Jocelyn Gourvennec.

“On sait qu’il est très respecté dans le vestiaire et je pense que sa prestation va renforcer la confiance de ses partenaires”, a ajouté le coach lillois.

Très coté à l’étranger, et notamment suivi de près par Liverpool depuis un an, Sven Botman est un ambitieux, qui affirme toujours viser le top 3 cette saison malgré la douzième place actuelle. Et dont l’avenir, à plus ou moins court terme, devrait s’écrire à l’étage supérieur s’il garde le même impact.