L’attaquant strasbourgeois Majeed Waris inscrit l’unique but du match au Stadium de Toulouse, le 5 février 2020
/ © 2020 AFP

Strasbourg, grâce à sa recrue du Mercato, le Ghanéen Majeed Waris, s’est imposé mercredi à Toulouse 1 à 0, une 16e défaite en 23 matches pour la lanterne rouge de la Ligue 1.

Lors de la 22e journée à Amiens (0-0), Toulouse était enfin parvenu à enrayer sa spirale de 11 défaites d’affilée mais décidément les joueurs de Denis Zanko, 3e entraîneur de la saison, semblent incapables de redresser franchement la barre.

Toulouse pointe désormais à 8 points de Nîmes, 18e et barragiste.

La sanction est survenue à 76e minute, quand Waris, arrivé de Porto lors du Mercato, lancé en profondeur par Adrien Thomasson, s’est retrouvé face au gardien croate du TFC, Lovre Kalinic, battu une 4e fois en trois matches.

“On est en Ligue 2”, chantaient alors à contrecoeur les supporteurs toulousains qui réclamaient au passage la tête du directeur général du club, Jean-François Soucasse.

Le téfécé ne compte que 13 points (3 victoires), son dernier succès remonte à la 10e journée, le 19 octobre contre Lille (2-1).

Sans réaliser un grand match, le Racing Club de Strasbourg s’est procuré un plus grand nombre d’occasions, notamment par Jean-Ricner Bellegarde ou l’Ivoirien Kévin Zohi. L’attaquant réunionnais Ludovic Ajorque a même heurté un poteau.

Côté toulousain, le jeune défenseur central Bafodé Diakité, auteur d’un doublé lors de la défaite au Stadium contre Brest (5-2), aurait pu ouvrir la marque mais manquait le cadre.

Deux minutes après le but strasbourgeois, un autre défenseur, Steven Moreira, aurait pu égaliser mais sa frappe de loin était repoussée par la transversale.

Les attaquants du TFC Wesley Said et le Grec Efthymis Koulouris étaient sur la feuille de match, mais une nouvelle fois ils n’ont pas convaincu.

Strasbourg, qui reste sur 4 victoires en 6 matches, s’empare de la 9e place (33 points), à 1 point du 5e Montpellier, avant de recevoir Reims à la Meinau lors de la 24e journée.

Pour Toulouse, l’horizon s’assombrit encore et le déplacement au Vélodrome de Marseille (2e) samedi a de quoi faire frémir les supporteurs toulousains qui voudraient encore croire au maintien.