Les Rennais Raphinha (g), Faitout Maouassa (c) et James Lea-Siliki (d) vainqueurs de Saint-Etienne et de Ryad Boudebouz (à genoux), le 1er décembre 2019 à Rennes
/ © 2019 AFP

Rennes a battu Saint-Etienne au bout du suspense (2-1), dimanche soir, grâce à une tête de son capitaine Damien Da Silva à la dernière minute du temps additionnel (90e+3), sur un corner de Benjamin Bourigeaud.

Les Rennais avaient besoin de points, ils ont finalement arraché la gagne dans les derniers instants. Ce succès, face à des Stéphanois invaincus depuis un peu plus de deux mois en L1 (cinq succès, trois nuls) et en Ligue Europa (quatre nuls), évite à Rennes de plonger dans une crise dont le club a le secret.

Déjà éliminés de la Ligue Europa après une campagne continentale ratée, les Bretons et les Stéphanois ont livré une opposition plutôt frileuse sur une pelouse bretonne où la température était très basse. Et Claude Puel a donc perdu son premier match depuis qu’il a pris les commandes de l’ASSE, début octobre.

Les hommes de Julien Stéphan ont pourtant été menés au score, Moukoudi ayant prolongé un corner de Boudebouz vers Diony, seul au deuxième poteau (1-0, 19e). Ils ont ensuite été beaucoup plus entreprenants que leurs visiteurs, contraints de défendre jusqu’à la fin du match.

Les partenaires de Bourigeaud ont très vite égalisé, par l’intermédiaire de leur recrue-phare de l’été, le Brésilien Raphinha (21 M€ + bonus), repositionné sur le flanc gauche. L’ancien ailier du Sporting Portugal a signé son troisième but en trois matches de L1, sur un service idéal de Romain Del Castillo (1-1, 25e).

Plus actifs en fin de match, les Rennais ont tout donné pour l’emporter et se replacer dans la course à l’Europe, sans attendre leur match en retard prévu en janvier à Nîmes. Entre autres occasions, Hunou a placé une tête hors cadre (53e) puis Raphinha a envoyé un coup franc dans le petit filet de Ruffier (70e).

La tête rageuse et victorieuse du capitaine da Silva, qui avait fait l’impasse sur le match de jeudi à Glasgow, comme plusieurs coéquipiers, n’a pas éteint les questionnements sur le mercato estival et la gestion du président Olivier Létang.

Elle offre surtout un répit à Stéphan qui fêtera mercredi soir, à Metz, sa première année sur le banc rennais. Les Stéphanois, eux, devront rapidement redresser la tête après ce premier revers depuis le 25 septembre. Ce sera mercredi face à Nice.