Ligue 1: Rennes renoue avec la victoire à Nice, qui continue de couler

Les joueurs rennais célèbrent leur victoire, 1-0 contre Nice, à l’issue de leur match de L1, le 13 décembre 2020 à l’Allianz Riviera à Nice
Par Christophe BELLEUDI / © 2020 AFP

Rennes stoppe sa dégringolade! Les Bretons se sont logiquement imposés à Nice (1-0) dimanche lors de la 14e journée de Ligue 1, stoppant leur série noire et prolongeant celle des Azuréens.

Sept défaites et un nul. Toutes compétitions confondues, Rennes n’avait plus gagné depuis fin octobre.

Grâce à cette victoire, les hommes de Julien Stéphan, 22 points, remontent provisoirement à la 8e place, eux qui n’ont plus à jouer sur deux tableaux après leur piteuse élimination de la Ligue des champions.

Et avec ce qu’elle a montré à Nice, cette équipe, disciplinée et volontaire, semble avoir les capacités de refaire son retard en L1.

Elle aura d’ailleurs l’opportunité de le démontrer dès la prochaine journée, avec la réception de Marseille.

En revanche, la situation paraît bien plus délicate pour l’OGC Nice, où le mal est profond. L’équipe n’a plus gagné depuis le 1er novembre et vient d’enchaîner un huitième match sans victoire (sept défaites et un nul) toutes compétitions confondues.

Pour sa première en tant qu’entraîneur à domicile, Adrian Ursea a effectué neuf changements par rapport à l’équipe qui s’est inclinée jeudi contre les Israéliens de Beer-Sheva (0-1) pour la dernière sortie des Aiglons en Ligue Europa.

Seuls Morgan Schneiderlin et Alexis Claude-Maurice ont enchaîné les deux rencontres dans un schéma en 3-4-3, proche de celui que prônait Patrick Vieira, prédécesseur d’Ursea.

Au final, la première période a ressemblé à ce qui se faisait jusqu’alors à Nice. Avec un Gym porté sur l’offensive mais déséquilibré, trop penché vers l’avant et surtout inefficace. En trois matches avec Ursea, Nice n’a pas marqué le moindre but…

Niang libéré

Nice a attaqué d’entrée. Mais ni Amine Gouiri (1re) ni Claude-Maurice (8e, 12e) n’ont été adroits. Et petit à petit, Rennes a pris le dessus. D’abord sur les coups de pied arrêtés, puis dans le jeu.

Il a fallu un exceptionnel sauvetage de Gouiri sur une tête de Nayef Aguerd (14e), puis une parade de Walter Benitez sur une autre tête du même Aguerd, pour repousser l’échéance.

Mais le pressing haut des Bretons a fonctionné. Il a payé lorsqu’Adrien Truffert a récupéré un mauvais contrôle de Danilo Barbosa pour servir Mbaye Niang.

Le Sénégalais, sur qui Julien Stéphan ne comptait pas en début de saison, a ouvert son compteur de buts cette saison. Et surtout permis à Rennes de faire le plus difficile: mener dans ce duels d’équipes très malades (0-1, 28e).

Par la suite, Rennes a maîtrisé et s’est même offert les meilleures opportunités après la pause. Nice, incapable de montrer un jeu cohérent, n’a pour sa part que rarement été en position de pouvoir égaliser.

Même le retour à la compétition de l’avant-centre Kasper Dolberg (57e) n’a pas permis de croire à une potentielle embellie. Pour Ursea, le prochain déplacement chez le relégable Nîmes sonne déjà comme un match couperet.