Le Stade de Reims et son attaquant grec Anastasios Donis ont dominé le Stade Rennais au Roazhon Park, le 22 septembre 2019
/ © 2019 AFP

ClassĂ©s cĂ´te Ă  cĂ´te l’an passĂ©, Reims, 6e au gĂ©nĂ©ral cette saison, et Montpellier, 7e, confirment qu’ils ne sont pas loin du wagon pour l’Europe malgrĂ© des budgets modestes. Les deux ambitieux de Ligue 1 confrontent leurs modèles samedi en Champagne pour la 10e journĂ©e.

Les HĂ©raultais, qui ont bouclĂ© la saison passĂ©e aux bornes de l’Europe (6e), aspirent Ă  faire mieux, ou pour le moins aussi bien dans un championnat pourtant enrichi par l’arrivĂ©e de nouveaux investisseurs Ă  Bordeaux et Nice notamment.

“Quand on voit nos matches devant Lyon (1-0), Nice (2-1) ou Monaco (3-1), on sait que l’on n’est pas infĂ©rieurs aux autres, que l’on peut battre tout le monde. On a un bon potentiel, mais il faut le montrer Ă  tous les matches”, a assurĂ© jeudi en confĂ©rence de presse le meneur de jeu Florent Mollet, dĂ©cisif lors du dernier succès devant les MonĂ©gasques.

Le bilan de Reims contre les “gros” est encore meilleur: victoire contre Marseille en ouverture au VĂ©lodrome, contre Lille et mĂŞme succès de prestige au Parc des Princes, Ă  chaque fois sur le score de 2-0.

Le Stade possède 14 points après 9 journĂ©es, soit 4 de plus que l’an passĂ© Ă  la mĂŞme pĂ©riode. Le bilan aurait pu ĂŞtre encore meilleur si les RĂ©mois avaient rĂ©alisĂ© les mĂŞmes prestations contre des clubs plus abordables, comme Dijon ou Brest, avec deux dĂ©faites, ou des Ă©quipes en petite forme comme Monaco ou Strasbourg, avec deux nuls.

Si Montpellier est sensiblement dans les mĂŞmes temps de passage, il sait qu’il doit accĂ©lĂ©rer Ă  l’heure de nĂ©gocier un virage dans sa saison (dĂ©placement Ă  Reims, accueil d’Angers, voyage Ă  Metz, rĂ©ception de Toulouse) et rĂ©soudre ses soucis inattendus Ă  l’extĂ©rieur, avec deux points en quatre matches.

Régularité à polir

“Quand on a l’ambition d’ĂŞtre dans le haut du classement, nous devons gagner les matches Ă  l’extĂ©rieur”, assure l’entraĂ®neur montpelliĂ©rain Michel Der Zakarian, qui a fait de la dĂ©fense et du rendement Ă  l’extĂ©rieur sa marque de fabrique depuis son arrivĂ©e dans l’HĂ©rault en 2017.

L’ambition est moins affirmĂ©e du cĂ´tĂ© de Reims, de retour dans l’Ă©lite depuis un peu plus d’un an, lĂ  oĂą le MHSC la cĂ´toie depuis 10 ans sans interruption: “Plus longtemps on restera dans le haut, mieux on pourra travailler avec sĂ©rĂ©nitĂ© et mes jeunes joueurs ont besoin de ça pour progresser”, espère l’entraĂ®neur David Guion.

Mais Predrag Rajkovic, la recrue dans les buts de la co-meilleure dĂ©fense du championnat, veut voir plus haut: “Quand j’ai signĂ© ici, j’ai dit aux dirigeants que je voulais franchir un palier et jouer l’Europe avec le Stade de Reims”, a assumĂ© jeudi dans la presse le Serbe de 23 ans, habituĂ© aux titres et Ă  l’atmosphère des joutes europĂ©ennes avec ses expĂ©riences Ă  l’Etoile rouge de Belgrade (2013-2015) et au Maccabi Tel-Aviv (2015-2019).

En l’absence du buteur du MHSC Andy Delort, blessĂ© aux adducteurs, la dĂ©fense rĂ©moise doit surveiller de près le retour du meilleur passeur du dernier exercice TĂ©ji Savanier, recrue phare de l’intersaison montpelliĂ©raine, arrachĂ©e au rival NĂ®mes pour 10 millions d’euros.

Savanier, de retour dans son club formateur, est enfin rĂ©tabli d’une entorse du ligament latĂ©ral interne du genou droit contractĂ©e Ă  l’occasion d’une rencontre amicale disputĂ©e le 27 juillet face aux Anglais de Huddersfield (1-1).

Or, comme de nombreux joueurs parmi ses partenaires, il n’a encore jamais goĂ»tĂ© Ă  l’Europe. Une victoire samedi chez un autre prĂ©tendant permettrait d’en rĂŞver un peu plus sĂ©rieusement.