Ligue 1: pour Monaco, la remontée et l’Europe passent par une victoire face à Montpellier

L’entraîneur de l’AS Monaco Niko Kovac replace ses joueurs lors du match contre Marseille au stade Louis II, le 11 septembre 2021
Par Christophe BELLEUDI / © 2021 AFP

Dixième du classement de Ligue 1 avant la 11e journée, Monaco (14 points) doit impérativement battre Montpellier, dimanche (17h00) au Stade Louis-II, afin de tenter une remontée et retrouver une place conforme à ses objectifs.

. Passe de trois à domicile

Battu au Stade Louis-II par Marseille (2-0) et Lens (2-0), deux concurrents directs à l’Europe, tenu en échec par Nantes (1-1), Monaco est une équipe très médiocre à domicile cette saison.

Seuls les moribonds Stéphanois (3-1) et Bordelais (3-0) n’ont pas résisté. Même si c’était lors des deux dernières sorties à domicile, c’est maigre. Trop pour viser une qualification directe en Ligue des champions.

“Après nos résultats de la saison dernière, nos adversaires savent qu’on est très fort à domicile, estime le défenseur brésilien Caio Henrique. Ils font très attention. La situation est normale. Mais on garde la tête froide. On sait qu’une victoire sera essentielle.”

Dimanche, les hommes de Niko Kovac n’ont pas vraiment le droit à l’erreur, surtout face à des Montpelliérains, parmi les cancres de L1 à l’extérieur, qui n’ont pris que deux points en déplacement.

“Pour parvenir à atteindre nos objectifs finaux, il est très important d’être très fort à domicile, certifie l’entraîneur croate. On n’y est pas trop en réussite pour l’instant. Mais pour moi, la chose plus importante est d’avoir une forteresse à domicile. Je sais que c’est illusoire mais si on remporte tous nos matches à la maison en L1, on parvient à ses objectifs.”

. Etre meilleur après l’Europe

Depuis le début de saison, Monaco a disputé sept rencontres européennes. Et, excepté contre Bordeaux (3-0, 9e journée), le match d’après a toujours été compliqué.

Après l’Europe, Monaco n’a, jusqu’à présent, remporté que deux matches sur six (Bordeaux donc et à Troyes). Les huit points compilés ne suffisent pas à satisfaire Kovac.

“Il y a un match de plus par semaine avec parfois de longs voyages, explique-t-il. C’est totalement différent à appréhender. Mais cela fait partie du processus d’apprentissage: il faut être prêt pour enchaîner, gérer stress sur et hors du terrain, savoir bien récupérer.”

“Si on veut gagner, il faut apprendre le goût de la victoire, continue-t-il. Je pousse mes joueurs à penser systématiquement au prochain match et à réfléchir à savoir comment le gagner. Il faut qu’ils aient le goût de la victoire à chaque match.”

Contre Montpellier, Wissam Ben Yedder et les siens auront la possibilité de montrer que ce processus commence à être intégré.

. Pas si loin de la tête

Par chance pour Monaco, les équipes en tête du championnat n’avancent pas vite.

Si l’on excepte le Paris SG, que personne au club ne prétend pouvoir suivre, Lens, son dauphin avant la 11e journée, n’affiche que quatre points de plus que l’ASM. Marseille est à trois unités, Nice et Lyon à deux seulement! Un aubaine pour Kovac.

“Oui, si l’on oublie le PSG, c’est très serré, insiste-t-il. Cela peut changer très vite en deux ou trois journées, en deux ou trois bons ou mauvais résultats. C’est un marathon, une course de fond. On a la place pour revenir. Mais pour cela, il serait bien de gagner contre Montpellier.”

“On est tous très proches les uns des autres, conclut Caio Henrique. C’est une motivation supplémentaire. A domicile, il faut gagner impérativement.”