Ligue 1: Paris SG, le grand huit

L’attaquant brésilien du Paris Saint-Germain Neymar félicite le milieu de terrain allemand Julian Draxler après avoir marqué le 2e but face à Montpellier, lors de leur match de Ligue 1, le 25 septembre 2021 au Parc des Princes
Par Emmanuel BARRANGUET / © 2021 AFP

Le Paris Saint-Germain a signé contre Montpellier (2-0) une huitième victoire de rang en autant de journées de Ligue 1, samedi, avant de retrouver le manège de la Ligue des champions contre Manchester City.

En championnat, les hommes de Mauricio Pochettino se promènent comme à la foire. Ils comptent déjà 10 points d’avance sur le deuxième, Marseille, qui reçoit Lens dimanche.

Un magnifique but d’Idrissa Gana Gueye (14e) hors de la surface a ouvert le bal pour un PSG nettement dominateur mais longtemps maladroit pour gagner un plus gros lot.

Le milieu sénégalais, nouveau roi du ball trap, est métamorphosé, c’est déjà son troisième but de la saison, à chaque fois sur une frappe puissante.

Décalé par Angel Di Maria, “Gana” a effacé Florent Mollet et envoyé un pétard sous la barre de Jonas Omlin (14e).

Avec les quatre buts d’Ander Herrera, qui a trouvé la transversale (42e) du gardien suédois, Mauricio Pochettino dispose de milieux de terrain non seulement brillants à la récupération mais désormais très efficaces.

Gueye a déjà marqué plus de buts que la saison dernière, à savoir deux toutes compétitions confondues.

L’équilibre

Autour de ce milieu de terrain solide, le PSG a montré des progrès dans la cohésion collective, “l’équilibre” cher à Pochettino.

Le PSG devra se souvenir de cette solidité collective contre Manchester, et y réincorporer Lionel Messi, encore ménagé pour une douleur au genou gauche.

Plus tôt dans l’après-midi les “Citizens” ont réussi une démonstration de pressing collectif pour battre Chelsea (1-0), jusqu’alors leader de Premier League.

Le PSG a aussi encore fait valoir son sens du finish, marquant encore dans les dernières minutes, comme contre Lyon et à Metz (2-1 les deux fois).

Cette fois c’est Julian Draxler, sur un bon décalage de Neymar, qui a marqué (89e). L’Allemand venait tout juste de remplacer Kylian Mbappé.

Montpellier, corrigé 5-0 puis 4-0 les deux dernières fois qu’il est venu au Parc des Princes, s’en sort un peu mieux, mais n’a pas pu rivaliser.

Le PSG, tout de noir vêtu (avec une bande grise), son troisième maillot étrenné samedi, a démarré son match pied au plancher et acculé les Montpelliérains, qui ne parvenaient que rarement à franchir le milieu de terrain.

Après une première grosse occasion pour Neymar, qui a manqué son piqué devant Jonas Omlin (4e), Paris a logiquement ouvert le score par Gueye.

Neymar sans réussite

Paris n’a pas desserré l’étreinte et aurait pu faire le break plus tôt, si par exemple “Ney” et Mbappé ne s’étaient pas gênés (37e), ou si “Kyky” avait battu Matheus Thuler à la course (24).

Sur cette action, le central brésilien de Montpellier s’est blessé à la cuisse droite et a dû sortir, relayé par Nicolas Cozza (36e). Puis il y eut l’occasion d’Herrera et une frappe de 25 m de Neymar sortie par Omlin (45e).

Montpellier n’a mis le nez à la fenêtre que par Téji Savanier, sur un coup franc sur lequel Navas plonge bien (18e), à nouveau préféré à Gianluigi Donnarumma, comme à Metz, et sur une frappe astucieuse à angle presque fermé sur le poteau du gardien costaricien (44e). Stephy Mavididi a aussi contraint Navas a un plongeon (61e).

Dans une équipes si dominée, Valère Germain, très bon contre Bordeaux (3-3), où il a signé un doublé, s’est retrouvé très esseulé en pointe, dans un rôle ingrat qui a pu lui rappeler des matches difficiles avec l’OM.

Petite lueur pour Montpellier, le bon match de Maxime Estève, défenseur central qui a signé dans la semaine son premier contrat professionnel. Il a bien contenu Mbappé, notamment sur un tacle très osé (63e), chipant le ballon juste entre les jambes du champion du monde.

Paris aurait pu alourdir le score mais a manqué de punch devant la machine à coups de poing.

Gueye a allumé un autre pétard (57e), éteint par Omlin, le goal suédois a surtout remporté un tête à tête avec Neymar (66e), qui a aussi tiré à côté (72e).

C’est surtout mardi contre les Sky blues qu’il faudra décrocher le pompon.