L’entraĂ®neur de Brest Olivier Dall’Oglio avant le coup d’envoi du match contre Angers en L1, le 19 octobre 2019
/ © 2019 AFP

Prendre les rĂŞnes d’un promu tout frais, après une triste fin Ă  Dijon: le challenge d’Olivier Dall’Oglio Ă  sa prise de fonction Ă  Brest Ă©tait osĂ©, l’entraĂ®neur le relève pour le moment parfaitement.

Le Stade Brestois, 5e de Ligue 1 avec 17 points avant d’aller dĂ©fier Amiens samedi (20h00), rĂ©alise un dĂ©but d’exercice inattendu pour un promu. Deuxième de Ligue 2 la saison dernière derrière Metz, le club finistĂ©rien devance cette fois son rival de l’an passĂ© de six points après 11 matches. Et ce, malgrĂ© une rĂ©volution majeure effectuĂ©e en plein Ă©tĂ© du cĂ´tĂ© du staff.

Jean-Marc Furlan, l’entraĂ®neur de la montĂ©e, Ă©tait en fin de contrat, et n’a pas Ă©tĂ© prolongĂ© malgrĂ© de bons rĂ©sultats (5e en 2016-2017, 5e en 2017-2018, 2e en 2018-2019).

Le nom de son remplaçant a fait consensus: Olivier Dall’Oglio, sans club depuis son dĂ©part de Dijon en dĂ©cembre 2018. “C’est un entraĂ®neur qui a prouvĂ© quelque chose en alliant maintien en Ligue 1 et cohĂ©rence dans le jeu”, souligne GrĂ©gory Lorenzi, le coordinateur sportif du club, en faisant rĂ©fĂ©rence aux rĂ©sultats obtenus par le Gardois en 2016-2017 (16e) et 2017-2018 (11e) avec Dijon.

“ArrivĂ©e sur la pointe des pieds”

Mais le nouveau coach du Stade Brestois est “arrivĂ© sur la pointe des pieds”, de ses propres mots. Pas simple effectivement de prendre la suite de Jean-Marc Furlan, adorĂ© des supporters et qui avait nouĂ© une belle complicitĂ© avec ses joueurs.

“C’est très original, car c’est très rare qu’un coach qui monte ne suive pas son Ă©quipe”, avait expliquĂ© Dall’Oglio fin juin, quelques jours après avoir paraphĂ© un contrat de deux saisons avec le club finistĂ©rien (avec une option pour une annĂ©e supplĂ©mentaire).

“C’est un challenge, mais je ne suis pas contre. C’est un groupe qui s’entendait super bien. De l’extĂ©rieur, on ressentait cet Ă©tat d’esprit, qui a permis au club de monter. Cet Ă©tat d’esprit, il faut arriver Ă  le conserver. C’est aussi mon travail. Je vais essayer de continuer ce qui a Ă©tĂ© fait, notamment sur l’Ă©tat d’esprit”, avait-il poursuivi.

Bilan après trois mois: deux dĂ©faites seulement (le plus faible total avec Paris), une belle sĂ©rie de trois victoires de suite en L1, et des joueurs qui, “petit Ă  petit, arrivent Ă  leur meilleur niveau”, selon l’entraĂ®neur en confĂ©rence de presse vendredi.

“Les pieds sur terre”

Dall’Oglio avait avancĂ© cet Ă©tĂ© son envie d’amener sa “patte personnelle sur l’ensemble du jeu”: celle-ci prend forme. “L’idĂ©e a toujours Ă©tĂ© de proposer un foot spectacle”, estime le technicien âgĂ© de 55 ans. MĂŞme avec un petit budget (30 millions pour le Stade Brestois) en Ligue 1: l’ancien dĂ©fenseur aime le jeu, la possession. Il aime changer de système (4-2-3-1, 4-3-3, 4-1-4-1), parfois en cours de match, mais garde un fil conducteur: quatre joueurs offensifs; un gardien et des dĂ©fenseurs qui pensent Ă  relancer proprement.

Le plan n’a pas marchĂ© Ă  chaque fois: Brest a coulĂ© Ă  NĂ®mes (3-0), Ă  Monaco (4-1), et obtenu une victoire heureuse Ă  Angers (0-1). Mais Ă  Saint-Etienne (1-1), Ă  Bordeaux (2-2), et Ă  domicile contre Lyon (2-2), Metz (2-0), ou Dijon (2-0), le club finistĂ©rien n’a volĂ© aucun point.

L’ancien coach de Dijon, moins “frondeur” que Furlan dans ses discours, sait aussi mettre ses joueurs devant leurs responsabilitĂ©s: “On a fait petit garçon”, disait-il après la dĂ©route Ă  NĂ®mes fin aoĂ»t. “On est souvent trop timide, certains joueurs regardent trop leurs chaussures”, appuyait-il après deux journĂ©es.

Avec Ă©galement en tĂŞte la relative fragilitĂ© de cette place dans le top 5, six points seulement devant le premier relĂ©gable. Et le souvenir de la saison dernière, dĂ©butĂ©e par trois victoires avec Dijon, et terminĂ©e par un limogeage Ă  la trĂŞve. “Je connais le foot, ça va vite d’un cĂ´tĂ© comme de l’autre, j’en ai fait l’amère expĂ©rience il y a quelque temps. On sait pourquoi on est lĂ  et on garde les pieds sur terre”, assure-t-il. Une phrase de FinistĂ©rien.