Ligue 1: Nice-Marseille, après le chaos

Des supporteurs niçois envahissent le terrain lors du match contre Marseille, le 21 août 2021 à l’Allianz Riviera
Par Stanislas TOUCHOT / © 2021 AFP

Un joueur touché par une bouteille lancée des tribunes, un terrain envahi et une bagarre générale entre joueurs, supporters et membres des staffs: le match Nice-Marseille de dimanche s’est conclu par des scènes de chaos et les instances doivent désormais dégager les responsabilités des uns et des autres dans ces incidents avant de sanctionner.

. Que s’est-il passé ?

Le match Nice-OM était un choc entre deux équipes ambitieuses et à la rivalité ancienne, qui avait attiré plus de 32.000 spectateurs à l’Allianz Riviera, presque rempli.

Dès l’échauffement, des joueurs marseillais ont subi insultes et jets de projectiles venus du kop niçois.

Alors que Nice menait 1-0, les incidents les plus graves ont débuté à la 75e minute quand le Marseillais Dimitri Payet, qui s’apprêtait à frapper un corner, a reçu une bouteille dans le dos et est tombé au sol. Une fois relevé, il a relancé la même bouteille, puis une deuxième, en direction de la tribune niçoise.

Ses coéquipiers Alvaro Gonzalez et Mattéo Guendouzi ont couru vers le kop pour haranguer la zone d’où venait la bouteille. Un cordon de sécurité de stadiers a essayé d’arrêter les supporters, mais des coups ont été échangés à différents endroits du terrain dans une mêlée entre joueurs des deux équipes, supporters et stadiers.

Après plus d’une heure et demie d’interruption, la rencontre a été définitivement arrêtée quand l’arbitre, Benoît Bastien, a mis le ballon au poteau de corner, sifflé et constaté l’absence des Marseillais.

Nice voulait reprendre le match. Le président de l’OM Pablo Longoria jugeait, lui, que “la sécurité de (ses) joueurs n’était pas garantie”.

. Quelles responsabilités ?

En première période, du même côté du terrain, le speaker du stade avait déjà demandé aux supporters de ne rien jeter sur la pelouse. Quand il a marqué à la 48e minute, l’attaquant danois de Nice Kasper Dolberg a par ailleurs été enlacé par plusieurs supporters sortis de leur tribune sans que les stadiers n’interviennent et les mesures de sécurité ont parfois paru légères.

L’atmosphère était également très tendue en tribune présidentielle. Une altercation s’est produite entre Longoria et le président de Nice Jean-Pierre Rivère. “Ils se sont empoignés par le col et les gardes du corps ont dû les séparer”, a raconté à l’AFP un témoin de la scène.

Selon cette source, c’est finalement sur instruction de la LFP après accord des autorités, que le match a repris. L’arbitre ne le souhaitait pas.

“Je sais très bien que le match aurait pu reprendre. J’étais persuadé que cela se passerait très bien. Malheureusement les Marseillais n’ont pas souhaité reprendre le match. Dont acte”, a dit Rivère.

“Ce qui s’est passé aujourd’hui est complètement inacceptable, on doit faire un précédent pour le foot français”, a de son côté jugé Longoria, appelant à des sanctions.

Lundi, le maire de Nice Christian Estrosi a demandé “des sanctions” de la part de la LFP, pointant des responsabilités des deux côtés. “Si le comportement de certains supporters est inqualifiable, celui du président de l’OM l’a été aussi en tribune et celui de l’entraîneur sur le terrain”, a-t-il tweeté.

Le maire de Marseille, Benoît Payan, avait de son côté réagi, également sur Twitter, dès l’arrêt de la partie: “Des joueurs blessés, une sécurité défaillante: le match n’aurait jamais dû reprendre. Triste décision. Fier de mon équipe qui ne s’est pas prêtée à cette mascarade”.

. Quelles suites ?

Le parquet de Nice a confirmé lundi à l’AFP qu’une enquête avait été ouverte, sans garde à vue à ce stade.

La ministre des Sports Roxana Maracineanu a pour sa part estimé que ces incidents étaient “une insulte pour le football” et a réclamé des “sanctions” pour les “coupables”. “Voir ça dès les premiers matches de football (avec retour du public), ça fait de la peine, c’est intolérable”, a-t-elle dit sur BFMTV.

La LFP a elle convoqué les deux clubs dès mercredi en commission de discipline, où le dossier devrait être mis à l’instruction. Avant d’éventuelles sanctions contre les clubs et les joueurs et dirigeants impliqués, de premières décisions pourraient être prises à titre conservatoire.

Selon une source au sein des instances, le résultat du match (l’OM battu sur tapis vert) ne sera pas validé avant la réunion de cette commission et celle de la commission des compétitions.