Ligue 1: Nice et Galtier, neutralisés par Reims, ratent leur débuts

L’entraîneur de Nice Christophe Galtier lors du match nul à domicile contre Reims (0-0), le 8 août 2021 à l’Allianz Riviera
Par Christophe BELLEUDI / © 2021 AFP

Pour les grands débuts de Christophe Galtier comme entraîneur de Nice, l’OGCN, sans imagination, n’est pas parvenu à battre une solide équipe de Reims (0-0) dimanche à l’Allianz Riviera en ouverture de la Ligue 1.

Christophe Galtier n’a pas fait de Lille un champion de France en quelques semaines. Après le pauvre 0-0 offert aux plus de 18.000 spectateurs venus soutenir son équipe, il est désormais clair qu’il lui faudra aussi du temps pour faire des Rouge et Noir une formation capable de rivaliser avec les meilleurs.

D’ailleurs, les deux prochaines journées (déplacement à Lille puis réception de Marseille) permettront de cerner un peu mieux les capacités du Gym dans ce championnat.

Mais face aux hommes d’Oscar Garcia, venus clairement défendre un point et qui n’ont pas cadré une seule frappe du match, les velléités niçoises ont été trop peu franches pour espérer mieux.

Pourtant, comme toujours, Galtier s’est démené dans sa zone technique. Presque toujours debout, il a sans arrêt harangué ses joueurs. Souvent, il a demandé à Jean-Clair Todibo de s’appliquer à faire tourner encore plus le ballon. Histoire de parvenir enfin à déstabiliser la défense à cinq, très resserrée, des Rémois.

Malgré Dolberg

Lorsque Youcef Atal a été fauché par Ghislain Konan (31e), il s’est emporté, a interpelé le quatrième arbitre, puis s’est recentré sur ses joueurs. Il a replacé Lucas Da Cunha, mal à l’aise.

Car malgré une bonne tête de Todibo bien captée par Pedrag Rajkovic sur le coup-franc qui a suivi (32e), Nice, dominateur, n’est jamais parvenu à trouver la faille.

En deuxième période, après que Dan Ndoye a contré Rajkovic sans réussir à récupérer le ballon pour marquer (47e), Galtier s’est enfin décidé à recomposer le duo Gouiri-Dolberg devant (63e).

Après un bel Euro avec le Danemark, l’avant-centre a remplacé Da Cunha, qui, comme Justin Kluivert et Dan Ndoye, a eu du mal à exister. Malgré quelques belles attitudes, Dolberg n’y est pas arrivé non plus.

Et logiquement, Nice, où seul Pablo Rosario a réellement été performant, a raté son entrée dans la compétition…