Ligue 1: Marseille renverse Montpellier et réussit son départ

Dimitri Payet, double buteur avec Marseille contre Montpellier en Ligue 1, réagit après avoir marqué le 8 août 2021 à La Mosson à Montpellier
/ © 2021 AFP

Un doublé de Dimitri Payet et un but de la recrue turque Cengiz Ünder ont permis au Marseille de Sampaoli de réussir son départ dimanche en renversant Montpellier (3-2), en clôture de la première journée de Ligue 1, au bout d’une rencontre interrompue durant une dizaine de minutes.

Mené à la pause (0-2) à la suite d’un but contre son camp du défenseur brésilien Luan Perez (30e) et de Gaëtan Laborde (34e), l’OM a trouvé les ressources pour pousser à la faute l’équipe rajeunie du nouveau technicien héraultais Olivier Dall’Oglio.

Grâce à ce premier succès à la Mosson, où il n’avait plus gagné depuis le 2 février 2016, l’OM s’installe aux avant-postes et lance idéalement sa saison, avant des retrouvailles avec le stade Vélodrome dimanche devant son vieux rival Bordeaux.

L’entrée en matière des Phocéens a cependant été ternie par des jets de projectiles depuis les tribunes qui ont touché les joueurs marseillais et poussé l’arbitre à interrompre la rencontre à la 89e minute. Après une interruption d’une dizaine de minutes, le match a finalement repris.

Dans la foulée d’une préparation plutôt réussie et bouclée par un succès devant Villareal (2-1), l’OM a longtemps peiné pour maîtriser cette rencontre et s’en est remis à ses deux individualités : Payet, qui a confirmé son bon début de saison, et Ünder.

En attendant de potentielles recrues, notamment de joueurs de couloir, et surtout le retour de son avant-centre polonais Arkadiusz Milik, convalescent après une blessure au genou, Marseille a réussi l’essentiel et masqué provisoirement certaines failles défensives.

Amoindri par l’indisponibilité de sa recrue et futur patron de la défense Mamadou Sakho, en phase de reprise, de son stratège Téji Savanier, blessé à la crête iliaque avec l’équipe de France olympique, et du gardien suisse Jonas Omlin, Montpellier a exposé les mêmes soucis défensifs que la saison passée et a craqué en fin de match.

Un retour en trois temps

Dans un stade de la Mosson bouillant, malgré la jauge réduite à 13.500 spectateurs et la grève des Ultras, Marseille a renversé la rencontre en douze minutes grâce à l’international turc Ünder (67e) et l’inévitable Payet, auteur d’un coup franc splendide (74e) et d’une majestueuse accélération ponctuée d’un but (79e).

Le retour de l’OM, en trois temps, a été consécutif à l’entrée de l’avant-centre Dario Benedetto qui a suppléé le Brésilien Gerson Santos da Silva, totalement transparent. En fixant la défense centrale héraultaise, il a ouvert des espaces à ses partenaires, notamment à Payet.

Jusque-là, Marseille avait joué à rythme de sénateur. S’il a eu quelques coups d’éclat par Payet et Ünder, le jeune gardien montpelliérain Dimitry Bertaud avait sauvé la baraque.

Les Marseillais avaient subi une véritable douche froide au cours de la première période. Une demi-heure durant, fidèles à la volonté de Sampaoli, ils ont affiché une maîtrise collective un peu stérile, et manqué de précision sur une frappe de Mattéo Guendouzi (20e), une tête de William Saliba (22e). Et surtout dans les premières minutes, Dimitri Payet s’était vu refusé un but pour un hors-jeu (3e).

Si Konrad de la Fuente, préféré à Luis Henrique sur le côté gauche, et Cengiz Ünder troublaient la jeune défense héraultaise, l’OM ne trouvait à aucun moment les meneurs de jeu Payet et le Brésilien Gerson.

Montpellier, plutôt bien en place, avait dégainé par son inévitable paire d’attaquants: Andy Delort et Gaëtan Laborde en marquant à deux reprises en moins de cinq minutes. A la 30e minute, le défenseur brésilien Luan Perez trompait son propre gardien Steve Mandanda , sous la pression de Laborde, après un centre de Delort. Quatre minutes plus tard, Laborde piégeait Mandanda d’une frappe enroulée en pleine lucarne.

Mais, cet OM-là a vraiment le caractère de son technicien argentin Jorge Sampaoli.