Ligue 1: Marseille rebondit toujours

L’attaquant argentin de Marseille, Dario Benedetto, célèbre son but avec ses coéquipiers, lors du match de Ligue 1 contre Nantes, le 28 novembre 2020 au stade Vélodrome
Par Emmanuel BARRANGUET / © 2020 AFP

La Ligue 1 leur va mieux: l’Olympique de Marseille a signé contre Nantes (3-1) une quatrième victoire de rang pour oublier ses déboires en C1 et remonter sur le podium, samedi en match avancé de la 12e journée.

L’art du rebond perpétuel. L’OM a encore gagné après une défaite en Ligue des champions et est désormais à trois points du leader, le Paris SG (qui accueille Bordeaux en soirée), retard virtuellement rattrapable avec ses deux matches en retard…

Incapable de marquer le moindre point ni le moindre but en Europe, l’équipe d’André Villas-Boas en a marqué trois dans un match parfaitement maîtrisé où ses trois offensifs ont marqué.

Mieux, les leaders ont marqué, et le buteur, enfin, Dario Benedetto (60 s.p.), muet depuis le début de la saison.

Florian Thauvin (2) et Dimitri Payet (35), titulaire après avoir commencé sur le banc les deux matches contre le FC Porto (3-0/2-0), si désespérément transparents en C1, avaient montré la voie.

Surtout, les Olympiens ont retrouvé du jus, du jeu, un pressing efficace et de l’envie.

Nantes en revanche a manqué de tout ça et reste à la 14e place, en attendant les matches de dimanche. Son meilleur joueur, et de loin, a été son gardien Alban Lafont.

Les “Canaris” restaient sur deux victoires au Vélodrome, mais cette fois ils n’ont pas du tout contrarié les plans marseillais. Ils ont seulement réduit le score par Ludovic Blas, une frappe déviée par Hiroki Sakai (73).

Autant d’occasions que toute la C1

Le match a même très mal commencé pour eux. L’OM avait besoin de confiance? Il en a trouvé dans l’ouverture du score dès l’entame. Une longue passe de Valentin Rongier a pris de vitesse la défense nantaise et lancé Thauvin dans la profondeur.

“Flotov” a devancé Alban Lafont d’une reprise “à la Zlatan”, en extension.

Le gardien nantais s’est en revanche interposé deux fois coup sur coup sur des frappes de Michael Cuisance puis Dario Benedetto (7).

Lafont barrait encore la route à l’Argentin, le privant de son premier but de la saison (10).

Boosté, l’OM venait de se créer en dix minutes autant d’occasions dangereuses que dans toute sa campagne de Ligue des champions…

Lafont a encore réussi un petit miracle devant Dimitri Payet, sur un contre (22). Le N.10 a involontairement heurté le goal sur l’action, mais le Nantais s’est relevé.

Mais le gardien des Espoirs, également vigilant sur une frappe de 35 m de Boubacar Kamara (48), ne pouvait pas tout arrêter. Il n’a rien pu faire sur le plat du pied de Payet, sur un fatal centre en retrait de Cuisance.

Tout allait mieux pour l’OM, qui a profité d’une barre transversale, sur une tête puissante d’Abdoulaye Touré puis d’un arrêt de Steve Mandanda sur la reprise d’Imran Louza (41).

Benedetto a marqué

L’adjoint de Villas-Boas, Ricardo Carvalho, a même ajouté une pincée de filouterie à ce match rédempteur: il a remis en jeu un deuxième ballon sur le terrain, pour arrêter un contre nantais, alors que Sakai venait de perdre le ballon en touche et était hors de position.

Averti, le Portugais aurait pu avoir pire pour ce geste d’anti-jeu, juste avant la pause.

Des buts, du spectacle et un brin de vice, l’OM complétait le joli hommage à Diego Maradona avant le coup d’envoi.

Au lieu du traditionnel “Jump”, le Vélodrome a diffusé la star chantant elle-même “La mano de Dios”, dans le film sur lui d’Emir Kusturica.

Le “Dieu” disparu de l’Argentine a peut-être aussi inspiré Benedetto, enfin auteur de son premier but. Lui qui avait raté un penalty pour son premier match, l’an dernier contre Nantes, n’en avait plus tiré depuis.

Mais face à son épouvantable disette, Payet lui a offert de botter celui-là, avec aussi une petite bise hors-protocole.

Benedetto l’a transformé, et a rendu à son tour hommage à Maradona, tendant ses dix doigts en montrant au fond, dans le virage opposé, la banderole “Adios 10” avec le visage de Diego.

Après cette sortie pleinement réussie, l’OM n’a plus qu’à exporter son souffle L1 pour sa première balle de match pour la Ligue Europa, mardi contre l’Olympiakos. Mais ça va mieux.