Ligue 1: Marseille bat petitement Troyes

Le défenseur espagnol Pol Lirola (à gauche) fixe le gardien de Troyes et ouvre le score pour Marseille au Vélodrome, le 28 novembre 2021
Par Stanislas TOUCHOT / © 2021 AFP

Un seul but pour une petite victoire dans le huis clos du Vélodrome: au coeur d’une période difficile, l’OM a péniblement battu Troyes 1-0 dimanche à domicile, où le talent de Dimitri Payet a été l’un des très rares motifs de réjouissance.

Avec ce succès, l’OM revient à hauteur de Nice à la 3e place, avec un match en moins à disputer, celui arrêté après seulement cinq minutes il y a huit jours à Lyon quand Payet a été touché au visage par une bouteille d’eau venue des tribunes.

La victoire permet aussi de relancer la machine après le pauvre 0-0 concédé face à Metz lors du dernier match au Vélodrome, mais le jeu marseillais reste tristounet et Jorge Sampaoli a du travail.

L’enthousiasme de l’été a d’ailleurs laissé ces dernières semaines place aux premiers doutes, parce que l’OM gagne trop peu

deux de ses 12 derniers matches seulement avant la rencontre de dimanche

-, et que la défaite de jeudi à Istanbul sur la pelouse de Galatasaray l’a envoyé de la Ligue Europa à l’encore plus modeste Ligue Europa Conference.

Face à Troyes, promu concerné comme les Messins par la lutte pour le maintien, l’OM devait imposer son jeu, sa supériorité et les idées de son entraîneur. A la fin de la première période pourtant, les Marseillais n’avaient pas cadré la moindre frappe.

Alors que le huis clos imposé par la commission de discipline a ramené au Vélodrome l’ambiance sinistre de la saison du Covid qui n’avait manqué à personne, les joueurs de Sampaoli n’ont pas trouvé les leviers à activer pour retrouver l’allant du début de saison.

De retour une semaine après avoir été touché au visage par une bouteille d’eau, Payet a tout de même tenté d’animer l’attaque marseillaise, mais Milik traverse décidément une mauvaise passe, comme Lirola, installé en offensif droit d’un système mixte, entre 4-4-2 et 4-3-3.

Payet partout

En face, Rami, de retour au Vélodrome, a souvent suivi le N.10 marseillais en quasi-marquage individuel et il ne s’est pas passé grand-chose de notable. Payet a frappé un joli coup franc (5e), De la Fuente a tiré à côté (24e) et c’est à peu près tout.

Les joueurs de l’ancien Marseillais Laurent Battles ont de leur côté tenté quelques coups, comme sur cette bonne frappe de Biancone (30e), à un moment où l’OM ne savait plus quoi faire de sa possession de balle, confiant régulièrement le rôle de meneur de jeu à… Pau Lopez.

Dans le désert glacé du Vélodrome, la deuxième période n’a d’abord pas été meilleure, avec une avalanche de mauvais choix, de gestes techniques cafouillés et de fautes parfois grossières.

A l’heure de jeu tout de même, Marseille a trouvé un peu de lumière et tout est venu de Payet, sans qui l’OM n’est vraiment pas le même. D’un geste de classe, le Réunionnais a d’abord envoyé Milik en un contre un face à Gallon.

Mais, vraiment en manque de confiance, le Polonais n’a pas réussi à remporter ce duel pourtant dans ses cordes (61e). Dix minutes plus tard, le même duo menaçait encore Gallon avec un centre de Payet pour la tête piquée de Milik (71e).

A la 74e minute enfin, la qualité de passe du N.10 a été mise à profit par l’un de ses équipiers: lancé plein axe par le Réunionnais et couvert par Biancone, Lirola a trompé le gardien troyen.

Un but et trois points, Marseille s’en contentera avant d’aller à Nantes mercredi et de recevoir Brest samedi. Les supporters seront de retour et c’est une première bonne nouvelle après la tristesse du huis clos de dimanche.