Ligue 1: Lille finit plus fort que Bordeaux

L’attaquant Canadien du LOSC Jonathan David, au centre entouré de ses coéquipiers, après avoir marqué le 3e but des Dogues contre Bordeaux au stade Matmut Atlantique de Bordeaux le 22 décembre 2021
/ © 2021 AFP

Lille, malmené par une équipe de Bordeaux à la préparation perturbée par le Covid, a fini l’année sur un succès tardif mais précieux (3-2) mercredi qui lui permet de basculer dans la première partie du classement de la L1.

Deux buts dans le dernier quart d’heure inscrits par Burak Yilmaz, sur penalty (77e), et le meilleur buteur de L1 Jonathan David (84e) ont permis aux hommes de Jocelyn Gourvennec de s’assurer la victoire sur la pelouse de Girondins encore une fois solidaires, généreux à l’image d’Alberth Elis auteur d’un doublé, mais qui ont encore craqué sur le fil.

Cette mauvaise habitude condamne les hommes de Vladimir Petkovic qui ne disposaient pas de toutes leurs forces vives en raison du Covid-19 (9 joueurs isolés, plus six membres du staff) à des fêtes de Noël moroses à la 17e place. Un classement bien loin des objectifs de leur président Gerard Lopez, absent pour raisons professionnelles pour la réception de ses anciens protégés lillois.

Sur l’ensemble du match, notamment la deuxième période tout à son avantage, la victoire du LOSC est logique. Avant les deux conclusions finales, les Lillois avaient fait passer plusieurs moments compliqués au bloc girondin, sauvé par deux hors-jeux sur des buts de Yilmaz et David, déjà.

Bordeaux a bien cru capitaliser sur sa bonne dernière quinzaine et confirmer à la fois le nul face à Lyon et la victoire à Troyes. D’autant plus avec un Elis virevoltant, à la conclusion d’une action collective superbe avec Timothée Pembélé à l’offrande (17e), avant d’user d’un pointu pour rendre la passe entre deux joueurs de Yacine Adli décisive et encore plus belle juste avant la pause (45e).

En deux mois, l’attaquant hondurien prêté par le Boavista, en est à sept réalisations et la levée de son option d’achat fixée à 6 millions d’euros ne devrait guère faire de doutes.

Dans l’intervalle, Lille avait profité d’un temps faible et d’un oubli défensif aquitain, notamment Benjamin André étrangement seul et auteur d’une demi-volée de l’extérieur partie se loger dans le but de Benoît Costil avec l’aide du poteau (33e).