Ligue 1: Lille baisse de régime et offre le titre à Paris

Lille s’en est bien sorti et a concédé le match nul dimanche à Toulouse (0-0), officialisant le 8e titre de champion de France du Paris SG, celui-là même dont il l’avait privé une semaine plus tôt en l’humiliant avec une large victoire (5-1).

Lille reste dauphin avec 65 points et 5 matches à jouer tandis que le PSG, qui avait déjà manqué trois fois la “balle de match”, compte 81 points et peut fêter son huitième sacre national avant même de jouer dans la soirée contre Monaco en clôture de la 33e journée de L1.

Si les Nordistes sont bien payés en s’en sortant avec ce nul, ils réalisent cependant une mauvaise opération. Ils voient fondre sur eux les Lyonnais qu’ils iront défier le 5 mai (21h00) avec seulement 6 points de retard, après avoir reçu Nîmes dimanche prochain.

L’une des craintes de l’entraîneur Christophe Galtier était que ses joueurs soient victimes d’une décompression après l’exploit parisien. Ou qu’ils manquent d’humilité.

Ce qui est certain, c’est que l’équipe présente à Toulouse n’a rien eu à voir avec celle qui a battu le PSG. Il y a une semaine les Dogues avaient mordu dans le match à pleines dents, s’étaient montrés précis pour finalement réussir une brillante performance.

Au Stadium, ce fut tout l’inverse: l’équipe a manqué d’idées, a souvent été dépassée, manqué de percussion, de précision, a été bringuebalante face aux mouvements des Toulousains.

– Minimum –

Sans un brin de réussite, les Lillois auraient même pu perdre. Seulement, la somptueuse et puissante frappe du droit de Jimmy Durmaz a trouvé le poteau alors que le gardien Mike Maignan était visiblement battu (14). Le poteau a encore sauvé Lille sur un tir de Max-Alain Gradel, le ballon étant cette fois touché par Maignan (83)

Joie de courte durée pour les Lillois Thiago Mendes (c), Rafael Leao (g) et Jonathan Bamba puisque le but du premier nommé a ensuite été annulé par l’arbitre, le 21 avril 2019 au Stadium de Toulouse.

Même en attaque, il ne s’est pas passé grand chose. A l’image de la performance de Nicolas Pépé, pépite nordiste bien cadenassée par les hommes d’Alain Casanova. A son actif: un duel perdu face à Baptiste Reynet (75), un tir (90) et quelques gestes techniques qui auraient pu aboutir sur des situations dangereuses (77, 80). Mais visiblement, il manquait de jus.

La seconde période des Lillois a été meilleure, mais sur le centre de Mehmet Celik, la reprise de José Fonte, trop croisée, a seulement longé la ligne (54).

Ensuite c’est l’assistance vidéo (VAR) qui a été contre les Lillois. L’arbitre a annulé le but inscrit par Thiago Mendès pour une main d’Ikoné alors qu’il était au sol après avoir réalisé un joli slalom dans la défense (62).

Il y a un an, c’était à Toulouse que les Dogues avaient quasiment validé leur maintien en L1 (2-3). Cette fois, ils ont assuré le minimum dans leur course à la Ligue des champions.