Ligue 1: in extremis, Nantes met fin à sa mauvaise série

L’attaquant de Dijon Julio Tavares (g) à la lutte pour un ballon aérien avec le milieu de Nantes Andrei Girotto, le 8 février 2020 à Dijon
/ © 2020 AFP

Nantes, toujours en lutte pour une qualification européenne, a mis fin à une série de trois défaites consécutives en Ligue 1 en arrachant le résultat nul dans le temps additionnel, samedi à Dijon (3-3) lors de la 24e journée de L1.

Les Canaris perdent néanmoins une place au classement (12e, 33 points), à deux longueurs de Monaco (5e), alors que Dijon reste 17e (25 pts), avec une unité d’avance sur Nîmes, barragiste.

Cette confrontation a surtout valu pour sa première période, durant laquelle les deux équipes, figurant parmi les moins bonnes offensivement du championnat, ont fait preuve d’une surprenante efficacité.

Les dernières minutes ont également été totalement débridées.

Menés à trois reprises, les Nantais ont à chaque fois trouvé les ressources nécessaires pour égaliser.

Ainsi, Moses Simon, sur une ouverture d’Imran Louza, a trompé Alfred Gomis d’un tir croisé du pied gauche (1-1, 21e), six minutes après un but de l’Anglais Stephy Mavididi, qui a battu Alban Lafont d’une frappe en pivot déviée par un défenseur nantais, après une remise de la tête de Julio Tavares.

Le scénario s’est répété quelques minutes plus tard. Dijon, repassé devant sur un tir puissant de Tavares (2-1, 24e), n’a conservé son avantage que dix minutes.

Sur un corner de Louza, Mickaël Alphonse, pressé par Renaud Emond, a trompé son propre gardien de la tête (2-2, 34e), alors que le DFCO venait de se procurer deux occasions d’accroitre son avance par Tavares (29) puis Yassine Benzia (31).

L’arbitre a ensuite refusé un but à Wesley Lautoa (36), après avoir consulté la vidéo assistance.

Mais alors que les deux équipes ont semblé se diriger vers un partage des points après une seconde mi-temps plutôt pauvre en occasions de buts, Dijon a repris l’avantage grâce à Mavididi (3-2, 89e).

Et pour la troisième fois Nantes a égalisé. Dans le temps additionnel Andrei Girotto a placé une tête qui a pris en défaut Alex Runarsson, trop avancé (3-3, 90+1).