Ligue 1: Gerson monte d’un ton avec Marseille

Le milieu de Marseille Gerson après son but contre Brest à domicile en L1 le 4 décembre 2021
Par Stanislas TOUCHOT / © 2021 AFP

Après un début de saison disputé au ralenti et qui avait fait naître une certaine perplexité parmi les supporters de l’OM, le Brésilien Gerson, investissement majeur du dernier mercato, semble s’être enfin éveillé avec trois derniers matchs pleins avant d’aller à Strasbourg dimanche.

“J’ai été hué, j’ai été humilié, j’ai été attaqué, j’ai été maudit, menacé, jamais effrayé. Applaudi, vénéré, honoré, récompensé par les hommes, béni par Dieu.” La formule n’est pas de Gerson, mais du rappeur brésilien Projota. Le milieu de terrain marseillais l’a simplement reprise pour illustrer sur Instagram une photo de lui célébrant son but victorieux contre Nantes (1-0) il y a dix jours.

A vrai dire, Gerson n’a jamais été réellement “humilié” ou “maudit” au Stade Vélodrome, et il n’est pas encore ni “vénéré” ni “béni” à Marseille.

Mais la récente séquence de trois matchs

victoire à Nantes, défaite 2-1 contre Brest, succès 1-0 contre le Lokomotiv Moscou

lors de laquelle il a inscrit deux buts, frappé la barre transversale et été globalement convaincant dans un rôle axial et offensif, a rassuré sur sa valeur.

Car les premiers mois ont été difficiles. Réclamé par Jorge Sampaoli, arrivé du Brésil avec l’étiquette de meilleur joueur du championnat local et pour quelque 20 millions d’euros, une sommes très conséquente pour l’OM actuel, Gerson était attendu, surveillé, et il a déçu.

Adaptation compliquée

Malgré une première expérience européenne, trois années extrêmement mitigées de 2016 à 2019 à l’AS Rome puis à la Fiorentina, Gerson a semblé dépassé par le rythme du jeu en Ligue 1. Lent dans ses courses et dans ses gestes, il a aussi découvert que son physique ne lui permettait pas de s’imposer aussi facilement qu’au Brésil.

“Il est très physique, mais dans un championnat qui est aussi très physique, peut-être plus que lui. Avant, il s’imposait par sa qualité athlétique. Mais ici c’est différent. Il a dû apprendre à comprendre le jeu, l’arbitrage, s’adapter aux adversaires”, a récemment expliqué Sampaoli.

Vendredi en conférence de presse, le défenseur Luan Peres, autre recrue brésilienne de l’été, a confirmé que les débuts de son compatriote n’avaient pas été simples.

“Il a eu une adaptation un peu plus compliquée que moi. On en a parlé souvent ensemble. Tous les joueurs passent par des moments moins positifs et c’est dur d’être critiqué. Mais il faut comprendre qu’il a eu beaucoup de changements à intégrer. C’est un autre jeu, une autre culture, une autre position”, a-t-il résumé.

Mais le but inscrit à Nantes d’un beau tir en pivot a peut-être fait office de déclic. Lors du match suivant, contre Brest, il a de nouveau alterné avec Dimitri Payet aux postes de faux N.9 et de milieu offensif. Malgré la défaite, il a de nouveau marqué et réussi un bon match.

à l’aise au club

Jeudi contre le Lokomotiv, il a frappé la barre et participé à plusieurs bons mouvements marseillais, plus tranchant dans ses courses, plus sûr de ses gestes techniques et moins concentré sur son seul jeu de corps, une de ses mauvaises habitudes du début de saison.

“C’est un joueur de la Seleçao”, a rappelé Luan Peres, en référence aux quatre sélections de Gerson. “Il n’a pas laissé tomber et il commence à faire de bons matchs, il marque quelques buts. C’est un excellent joueur et il est de plus en plus à l’aise au club.”

Sampaoli semble lui satisfait du nouveau positionnement de son milieu brésilien. “Je le préfère proche de la surface. Pour nous, il est plus déterminant là”, a déclaré le technicien argentin, avant de revenir sur les critiques subies par son joueur.

“Je lui ai demandé de répondre sur le terrain. Avoir une valeur importante entraîne ce genre de choses. Il faut accepter que ça appartient à ce milieu. On est observés”, a-t-il expliqué.