Le dĂ©fenseur bordelais Laurent Koscielny (Ă  gauche) serre la main de l’attaquant niçois Myziane Maolida, Ă  la fin du match opposant Nice et Bordeaux, le 8 novembre 2019, Ă  Nice
/ © 2019 AFP

Les Girondins de Bordeaux ont confirmé leur capacité à bien voyager cette saison et ont su prendre un point à Nice (1-1) pour monter provisoirement sur le podium, vendredi soir en ouverture de la 13e journée.

Le “British project” façon Ineos de Nice n’est donc pas parvenu Ă  venir Ă  bout de l'”American project” bordelais.

Pourtant, depuis quelques saisons, Nice aime Bordeaux. Avec ce nul, les Azuréens cumulent ainsi 10 matches sans défaite (6 victoires et 4 nuls) contre les Girondins.

Mais cette sĂ©rie est un trompe-l’oeil. Car les Bordelais ont dominĂ© une bonne partie de cette opposition et ce sont eux qui font la bonne opĂ©ration.

Cette saison, Laurent Koscielny et ses partenaires sont très performants loin de chez eux. Ils ont pris, Ă  l’Allianz Riviera, leur 11e point Ă  l’extĂ©rieur sur 19 au total.

MalgrĂ© le retour dans le onze initial rouge et noir de trois recrues estampillĂ©es “Ineos” (Nsoki, Dolberg, Ounas), les Girondins n’ont donc pas tremblĂ©.

MĂŞme après l’ouverture du score de Pierre Lees-Melou de la tĂŞte Ă  la suite d’un bon dĂ©bordement de Youcef Atal (1-1, 27e), mĂŞme après que Kasper Dolberg a eu la balle du 2-0 (29e), ils sont restĂ©s sur leur principes de jeu.

A la pause, Bordeaux pouvait prĂ©tendre Ă  mieux. La fin de la première pĂ©riode a Ă©tĂ© totalement Ă  l’avantage des hommes de Paulo Sousa.

Sans deux arrĂŞts consĂ©cutifs et de très haut niveau signĂ©s Walter Benitez, sur une frappe enroulĂ©e d’AurĂ©lien TchouamĂ©ni (39e) et sur une reprise Ă  bout portant de Jimmy Briand (40e), le Gym n’aurait pas menĂ© Ă  la pause.

Mais Bordeaux, ses 62% de possession et ses 90% de passes rĂ©ussies, a eu la main sur la rencontre. Patrick Vieira l’a bien senti. Et Ă  la pause, il a rĂ©organisĂ© son Ă©quipe, sortant l’attaquant Ignatius Ganago pour faire entrer un dĂ©fenseur, Patrick Burner.

Youcef Atal est passĂ© de latĂ©ral droit Ă  milieu offensif gauche. Devant l’ex-Parisien Stanley Nsoki, 20 ans, souvent impressionnant dans les duels mais parfois en manque de concentration.

Et c’est de ce cĂ´tĂ© que Bordeaux a concentrĂ© ses offensives. Cela n’a pas manquĂ©. Dans la surface, François Kamano et sa technique ont fait commettre la faute Ă  Nsoki, trop engagĂ© sur son intervention (47e).

D’une frappe Ă  ras-de-terre croisĂ©e du pied droit, Briand a Ă©galisĂ© logiquement et inscrit par la mĂŞme occasion le 96e but en L1 de sa carrière (1-1, 50e).

Cette Ă©galisation a eu le don de rĂ©veiller le Gym. La tribune Populaire Sud, si vindicative envers les siens lors de la victoire contre Reims (2-0) dimanche dernier, a Ă©tĂ© Ă  l’unisson et poussĂ© son Ă©quipe.

Mais BenoĂ®t Costil s’est brillamment interposĂ© sur la seule vĂ©ritable opportunitĂ© niçoise, signĂ© Myziane Maolida (81e). Et Bordeaux s’offre ainsi un podium provisoire.