Ligue 1: avec la prolongation de Marcelo, Lyon assure ses arrières

La joie du défenseur brésilien de Lyon, Marcelo, félicité par l’attaquant néerlandais Memphis Depay, après avoir marqué contre Saint-Etienne, lors de leur match de L1, le 24 janvier 2021 au stade Geoffroy-Guichard
/ © 2021 AFP

En prolongeant son défenseur central brésilien Marcelo, l’Olympique lyonnais, en déplacement samedi (21h00) à Lens, joue la carte de la sécurité alors que la période des transferts s’annonce incertaine.

“Cela permet de donner une sérénité à l’équipe”, a souligné le président Jean-Michel Aulas au moment de l’officialisation de la prolongation du joueur de 33 ans.

Marcelo Guedes, arrivé de Besiktas à l’été 2017, est une personne “qui donne toute satisfaction sur le plan football et sur le plan humain avec une bonne image. Il a une culture générale, parle plusieurs langues”, a-t-il poursuivi.

Pour le dirigeant emblématique de l’OL, prolonger un joueur de ce profil ressemble à un très bon coup car avec la crise sanitaire, qui a déstabilisé le football européen, “ça ne sera plus comme avant”.

“On sait ce que l’on a, ce que cela coûte. Faire venir des joueurs de l’extérieur de ce niveau, cela coûte un certain prix. Il faut savoir anticiper et les opérations que nous menons sont de nature à montrer que nous sommes à la fois ambitieux et lucides sur les composantes économiques”, a développé Aulas.

Pari sur la stabilité

Sportivement, l’OL parie sur la stabilité dans sa défense centrale, longtemps un point faible depuis le départ du Brésilien Cris en 2012 avec quelques recrutements sans lendemain.

Ce fut le cas de l’Argentin Emmanuel Mammana, resté un an avant d’être transféré au Zenit Saint-Pétersbourg, ou du Danois Joachim Andersen, en 2019, actuellement prêté à Fulham où il pourrait demeurer malgré un recrutement de 24 millions d’euros.

Dans cette volonté de maintenir un axe solide, le club rhodanien cherche aussi à prolonger le Belge Jason Denayer, parfait complément de Marcelo.

“Ce n’est jamais facile de recruter. La stabilité, c’est l’idéal pour la défense et c’est primordial si on veut gagner des titres”, a souligné le directeur sportif Juninho.

Pour autant, les choses n’ont pas toujours été simples pour Marcelo à Lyon. Malgré son professionnalisme, il a dû surmonter des difficultés pour se rendre incontournable.

Au début de la saison 2019-2020, sous l’ère, éphémère, de l’entraîneur brésilien Sylvinho, il s’était retrouvé remplaçant, sans jouer, face à la concurrence d’Andersen et Denayer. Sans jamais se départir de la volonté de retrouver sa place avec autorité.

Puis, quelques mois plus tard, fin 2019, il avait été la cible des ultras au point de réfléchir à un départ.

“Il a assumé cette situation avec les supporters qui a été un apprentissage énorme pour lui. Il a fait un pas en avant et je le félicite car ce n’est pas facile à gérer”, a relevé le directeur sportif de l’OL.

“Côté guerrier”

“A travers son cas personnel, il y a eu cette prise de conscience qu’il nous revenait de faire un pas vers les supporters avec qui nous avions une relation difficile. Par ailleurs, Marcelo apporte beaucoup dans son travail quotidien. Il est un exemple pour les jeunes. Il a un côté guerrier et une force mentale rassurants. Et en recrutant un autre joueur, l’adaptation est plus ou moins longue”, fait remarquer Juninho.

“Je suis heureux de prolonger dans un grand club où tout est fait pour que l’on progresse, a pour sa part confié l’intéressé. Quand c’est comme cela, on n’a pas envie de changer. Je suis sûr que bientôt, nous parviendrons à un très haut niveau”.

“Je me donne à 100% pour l’équipe avec laquelle j’aimerais bien gagner un titre, ajoute le joueur. Je livre une bonne saison et avec l’esprit libéré, cela me permet d’être plus performant encore”.

“Mais la saison n’est pas terminée. Il reste huit matches”, conclut Marcelo, plus motivé que jamais et déjà tourné vers le rendez-vous de Lens.