Ligue 1: Angers se rassure en dominant Metz 3-0

Le défenseur d’Angers Farid El Melali (d) buteur lors de la victoire à domicile 3-0 sur Metz le 24 août 2019
/ © 2019 AFP

Le Sco d’Angers s’est bien rassuré en infligeant à un pâle FC Metz (3-0) sa première défaite de la saison, samedi lors de la 3e journée de Ligue 1, huit jours après avoir subi une dérouillée mémorable à Lyon (6-0).

Les hommes de Stéphane Moulin ont fait le break en première période, d’abord quand le jeune Farid El Melali (22 ans), tout seul au 2e poteau, a repris de la tête un centre parfait de Rayan Aït Nouri qui avait débordé sur la gauche (4).

Juste avant la pause, une action encore construite sur la gauche s’est conclue par un tir à ras de terre, à 20 mètres, du milieu Baptiste Santamaria (43) qui a touché le poteau droit d’Alexandre Oukidja avant de rentrer dans les filets messins.

L’addition aurait pu être corsée par ce même Santamaria, auteur d’une jolie tête (13) boxée par Oukidja, ou par Stéphane Bahoken, très remuant, qui a trouvé l’extérieur de l’autre poteau messin après une jolie percée de Mathias Pereira-Lage (26).

Côté messin, en première période, les occasions n’en étaient pas vraiment: des frappes lointaines de Pierrick Capelle (22) et Ibrahima Diane (42), un contre d’Habib Diallo pris en sandwich par deux Angevins (23), ou encore un slalom du même Diallo, bien trop seul dans la surface adverse (36).

Alioui corse la note

Les visiteurs semblaient animés de meilleures intentions au retour du vestiaire, à en juger par une jolie frappe de Diallo, la première cadrée par un Messin, repoussée des deux poings par Ludovic Butelle (47). Cela n’a pas duré, le ballon tournant bien au milieu mais les raids étant rares, devant.

Bien organisés, les Angevins ont continué à se rassurer en portant souvent le danger dans le camp lorrain. Surtout à l’heure de jeu, quand Pereira-Lage, tout seul, a trouvé la barre transversale (61), puis quand un tir d’Aït Nouri, quelques secondes plus tard, est passé au ras du poteau d’Oukidja.

Dès son entrée en jeu, Rachid Alioui a corsé l’addition (67), en reprenant pour le 3-0 un centre en retrait, parfait, de Capelle. Puis Pereira-Lage, intenable, a tiré juste à côté (69) et Metz a failli réduire l’écart quand la barre de Butelle, pris à contre-pied, a repoussé un centre-tir de Thomas Delaine (70).

Un dernier tir de Casimir Ninga, dans les arrêts de jeu, a lui aussi frôlé un poteau d’Oukidja. Puis Stéphanie Frappart, qui arbitrait son 3e match de L1 mais le premier cette saison, a sifflé la fin de cette rencontre complètement ratée par les Messins.

Pour l’anecdote, ou pas, Mme Frappart a aussi fait l’objet d’une banderole particulièrement stupide, vite repliée, au pied du kop angevin: “arbitre enc… est-ce homophobe pour une femme?”. Sans commentaire.