Les supporters du PSG accueillent dans la liesse leur Messi

Les supporters parisiens venus en nombre accueillir la superstar Lionel Messi, futur joueur du PSG, à l’aéroport du Bourget, le 10 août 2021
Par Romain ALLIMANT et Laurie VEYRIER / © 2021 AFP

Maillots bleu et rouge sur le dos, téléphones tendus et feux d’artifice lancés vers le ciel: les supporters du Paris Saint-Germain se sont réunis mardi dans la capitale française pour accueillir la star argentine du football, Lionel Messi.

Devant l’aéroport du Bourget, en région parisienne, où a atterri l’avion de l’ancien joueur du FC Barcelone, plusieurs centaines de personnes ont attendu l’arrivée du sextuple Ballon d’or. Certains y étaient déjà venus la veille.

“C’est une légende du football. C’est Messi ! Même ceux qui n’aiment pas le foot le connaissent, c’est une légende partout dans le monde”, explique Jo Dutilloy, un ouvrier de 30 ans. “C’est une fierté d’avoir un tel joueur dans son club.”

Les supporters, amassés derrière une grille, scandent “Messi ! Messi !” ou encore “Ici c’est Paris !”, un cri de ralliement traditionnel.

“C’est le +GOAT+ (Greatest Of All Time. NDLR), le meilleur joueur de tous les temps”, exulte Islem El Asri, 14 ans. “J’étais là avant-hier et hier aussi”, raconte-t-il avec fierté. Même s’il préfère le FC Barcelone, le jeune homme est content de voir Lionel Messi se lancer “un nouveau défi” au Paris Saint-Germain. Comme une promesse de voir le club français élargir encore sa base de supporters.

Un peu avant 16H00, un frisson parcourt l’assemblée, déjà bien échauffée. Une des fenêtres de l’aéroport s’ouvre. La +Pulga+ apparaît, salue de la main, sourire éclatant, vêtu d’un tee-shirt floqué du fameux “Ici c’est Paris”. Les feux d’artifice crépitent, les fumigènes s’embrasent, la foule scande le nom de son héros.

Lionel Messi disparaît aussi vite qu’il est apparu. L’espoir de le revoir grimper dans sa voiture s’atténue petit à petit et la foule se disperse lentement, pendant que quelques fans chantent en riant “Merci Nasser”, hommage au président qatari du club Nasser Al-Khelaïfi.

“Une fois dans la vie”

À l’entrée du Parc des princes, c’est près du tapis rouge de l’entrée VIP que se pressent les supporters. L’un d’eux vient y faire quelques jongles sous les vivats. Encouragés par un journaliste de télévision argentin, les dizaines de jeunes accoudés aux barrières se mettent à tambouriner le plastique en chantant eux aussi “Ici c’est Paris !”

“C’était la galère il n’y avait pas de train pour venir depuis Elancourt”, dans les Yvelines, à l’ouest de Paris, “donc on a pris un Uber pour 40 euros”, raconte Johlan Slama, étudiant en BTS, venu avec un ami.

“Dans un mois j’ai 18 ans, donc je m’abonnerai au stade”, assure le jeune homme qui ne voulait pas “rater l’ambiance”, à l’occasion de ce qu’il appelle “un des plus gros transferts de l’histoire”. “Ça n’arrive qu’une fois dans la vie”, conclut-il.

Malgré une courte averse, la foule ne maigrit pas devant le stade et les supporters en profitent pour lancer des chants insultants à l’égard de l’ennemi de toujours: l’Olympique de Marseille. Une rivalité que Messi devrait découvrir avec Sergio Ramos, eux les habitués des joutes explosives entre le Real et le Barça

À la Factory, le siège du club, Youcef, Hanane et Bédis, qui ne donnent pas leur nom, suivent en direct, sur leur téléphone, l’arrivée de l’avion de Messi.

“Là je suis en train de me réveiller d’un rêve”, décrit Bédis qui a également attendu Messi au Parc des princes la veille. “Je vais rester là jusqu’à être sûr de le voir”, affirme-t-il en tenant son écharpe qu’il souhaite offrir au joueur argentin.

Mohamed, 24 ans, a amené son propre siège pour patienter et ne partage pas l’euphorie générale. Maillot du Barça sur le bras, il était déçu de voir son idole quitter son club de toujours.

“J’y croyais pas”, explique-t-il en racontant avoir pleuré lors de la conférence de presse d’adieu de Lionel Messi, dimanche. “Mais c’est le football, ça va faire du bien à Paris”, relativise-t-il.