Les Bleus d’Europe: Kimpembe se troue, Mbappé s’éteint

L’attaquant du PSG Kylian Mbappé contre Manchester City en demi-finale aller de Ligue des champions, le 28 avril 2021 au Parc des Princes
/ © 2021 AFP

Terne soirée pour les Français du Paris SG: Presnel Kimpembe est passé au travers mercredi en Ligue des champions, laissant une brèche dans le mur sur le coup franc victorieux de Manchester City (2-1), tandis que Kylian Mbappé n’a pas eu son rayonnement habituel.

Kimpembe se lézarde

Pour “Presko”, la soirée avait plutôt bien débuté mais le défenseur central parisien a été trop fébrile sur les deux buts adverses, contribuant malgré lui à la victoire de City dans cette demi-finale aller, ce qui complique les affaires du PSG avant le match retour mardi prochain en Angleterre.

C’est rageant pour le champion du monde, qui avait été plutôt propre dans ses interventions (20e) ou ses relances en première période.

Il faudra sans doute qu’il revoie à la vidéo son placement hasardeux sur le but de l’égalisation mancunienne, une louche de Kevin De Bruyne que la défense centrale parisienne n’a pas su écarter. Le gardien Keylor Navas, surpris et peut-être coupable de n’avoir pas communiqué, n’a pas bougé et le ballon a fini sa course au fond, sans que personne ne le touche (64e).

La responsabilité de Kimpembe est encore plus nette sur le second but de City: placé dans le mur, aux côtés de Leandro Paredes, le défenseur français a laissé une brèche béante entre lui et l’Argentin, où Riyad Mahrez a glissé le ballon de la victoire (71e).

Bref, une soirée à oublier pour “Presko”, jusque-là solide et régulier sur la scène européenne cette saison…

Mbappé trop discret

Cette fois, on n’a pas vu le Mbappé finisseur et irrésistible des dernières semaines, auteur d’un triplé contre Barcelone en huitièmes (4-1, 1-1) ou d’un doublé face au Bayern Munich en quarts (3-2, 0-1).

C’était plutôt un Mbappé solitaire, se démenant seul en pointe, mais aussi solidaire, prompt à revenir épauler son poste de latéral gauche avec abnégation.

Son rendement en a pâti: aucun tir décoché sur l’ensemble du match, une rareté pour cet attaquant instinctif!

“C’est le football et parfois ce n’est pas facile”, l’a défendu son entraîneur Mauricio Pochettino, au même titre que ses autres joueurs offensifs. “Un match reste un match et je ne vais rien dire à propos de mes joueurs. Leurs efforts ont été incroyables.”

Pris dans l’étau de la défense de City, le champion du monde n’a pas eu beaucoup de ballons à négocier. Il a tout de même initié quelques bons mouvements, comme cette ouverture pour le tir trop écrasé de Neymar (2e), mais il s’est souvent enferré dans ses dribbles de soliste (43e, 49e).

Mais pouvait-on le lui reprocher quand les autres Parisiens, repliés devant leur cage au plus fort de la mainmise de City, le laissaient seul 40 mètres devant, expédiant de longs ballons difficiles à exploiter ?

Sa plus belle initiative aura été un déboulé sur la droite de la surface et un centre au cordeau (56e) que Marco Verratti n’a pu reprendre pour quelques centimètres… L’action d’un possible 2-0 et de tous les regrets pour Paris.

Côté City, les autres Bleus présents (Aymeric Laporte, Benjamin Mendy) étaient remplaçants. Ils ne sont pas entrés sur la pelouse mais ils pourront savourer cette victoire, qui rapproche leur club de la toute première finale de Ligue des champions de son histoire.