Le ministre français des Affaires Ă©trangères, Jean-Yves Le Drian, et son homologue turc Mevlut Cavusoglu, au Quai d’Orsay, le 30 septembre 2018
/ © 2019 AFP

Le ministre français des Affaires Ă©trangères Jean-Yves Le Drian ne se rendra pas lundi soir, comme il l’avait initialement prĂ©vu, au match France-Turquie qualificatif pour l’Euro-2020, alors qu’Ankara a lancĂ© une offensive contre des positions kurdes dans le nord-est de la Syrie.

“La prĂ©sence du ministre Ă©tait prĂ©vue Ă  son agenda, il a dĂ©cidĂ© de ne pas y aller”, a annoncĂ© son entourage Ă  l’AFP.

Les champions du monde français reçoivent les Turcs lundi au stade de France, à Saint-Denis, près de Paris, dans un contexte sportif, sécuritaire et diplomatique sensible.

Le dĂ©clenchement mercredi dernier par le prĂ©sident turc Recep Tayyip Erdogan d’une opĂ©ration militaire dans le nord de la Syrie contre des forces kurdes, qualifiĂ©es de terroristes par Ankara mais partenaires de longue date des occidentaux dans la lutte contre les jihadistes du groupe État islamique (EI), a dĂ©clenchĂ© un tollĂ© international.

La France a dĂ©noncĂ© une “offensive unilatĂ©rale” et suspendu ses ventes d’armes vers la Turquie. Et Ă  Paris, plusieurs manifestations en soutien aux Kurdes de Syrie ont dĂ©jĂ  eu lieu ce week-end.

Plusieurs politiciens français ont appelĂ© Ă  l’annulation de la rencontre.

“On ne peut dĂ©cemment accueillir demain au Stade de France ceux qui saluent le massacre de nos alliĂ©s kurdes!”, a tweetĂ© dimanche soir un dĂ©putĂ©, Jean-Christophe Lagarde (UDI, centre-droit), prĂ©sident du groupe d’Ă©tudes sur les Kurdes Ă  l’AssemblĂ©e.

Il Ă©voquait le salut militaire rĂ©alisĂ© par les footballeurs turcs pour cĂ©lĂ©brer leur victoire contre l’Albanie vendredi, en soutien aux soldats engagĂ©s dans l’offensive en Syrie.

Les ministres turcs des Sports et de la Justice, ainsi que l’ambassadeur Ă  Paris, devraient assister au match depuis la tribune officielle du stade de France, selon une source diplomatique turque.

“Ce qu’il se passe en Syrie, c’est une chose, le match c’est autre chose. Bien qu’il puisse y avoir des imbrications, des provocations, nous essaierons de l’Ă©viter”, a tentĂ© de rassurer l’ambassadeur de Turquie Ismail Hakki Musa, interrogĂ© par l’AFP sur l’Ă©ventualitĂ© de tensions entre supporters pro ou anti-Kurdes en marge de la rencontre.