La plainte de Deschamps pour diffamation contre Cantona déclarée nulle par la justice

Le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps (g), à Clairefontaine, le 12 novembre 2019, et l’ancien footballeur Eric Cantona, à Marrakech, le 29 novembre 2019
/ © 2020 AFP

La plainte en diffamation du sélectionneur des Bleus Didier Deschamps contre Eric Cantona a été déclarée nulle vendredi par le tribunal correctionnel de Paris, pour des raisons de procédure.

Didier Deschamps va faire appel de cette décision, a indiqué à l’AFP son avocat, Me Carlo Alberto Brusa.

Didier Deschamps accuse Eric Cantona de l’avoir diffamé à la veille de l’Euro-2016 quand il avait déclaré dans le quotidien britannique The Guardian que Karim Benzema et Hatem Ben Arfa n’étaient pas sélectionnés en raison de leurs origines. Dans un communiqué, son avocate Céline Bekerman a indiqué qu’Eric Cantona “assumait les propos qu’il avait tenus par le passé”.

Le tribunal a considéré que la manière dont était rédigée la plainte était de nature à “engendrer une incertitude quant à l’étendue des faits dont avait à répondre le prévenu”, c’est-à-dire que les propos visés par la diffamation n’étaient pas clairement définis.

L’avocate d’Eric Cantona, qui avait par le passé défendu la “liberté d’expression” de son client s’est immédiatement félicitée de “cette victoire” et considère que “justice a été faite”.

Repoussé, le procès au fond avait été reporté à octobre 2021.

“C’est une décision qui révèle une divergence jurispridentielle”, a affirmé de son côté l’avocat de Didier Deschamps, estimant que cette décision est l’exact contraire d’une précédente décision émanant cette fois de la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris, sur la même question de procédure.

Me Carlo Alberto Brusa souhaite maintenant qu’en appel, qu’il doit formaliser dans les dix jours, la cour puisse se pencher à la fois sur la forme mais aussi que le procès puisse se tenir sur le fond, a-t-il expliqué à l’AFP.

Cette “péripétie procédurale” ne va pas empêcher Didier Deschamps de se défendre contre les “propos indignes tenus à son encontre” par Eric Cantona, a-t-il encore expliqué, y compris s’il faut aller “jusqu’à la cour de Cassation”.

“Une chose est sûre, Benzema, (exclu des Bleus à cause de sa mise en examen dans l’affaire de la sextape visant son partenaire Mathieu Valbuena, NDLR) et Hatem Ben Arfa (alors sur la liste des réservistes, finalement non retenu, NDLR) ce sont les deux meilleurs joueurs en France et ils ne joueront pas à l’Euro. Ce qui est certain également c’est que leurs origines sont nord-africaines. Donc oui, le débat est ouvert”, avait déclaré “Canto”, ancienne idole de Manchester United, dans The Guardian, le 26 mai 2016.

“Deschamps a un nom qui sonne bien français. C’est peut-être le seul en France à avoir un nom aussi français. Personne ne s’est jamais mélangé avec personne dans sa famille. Comme les Mormons en Amérique”, avait-il ajouté. Deschamps avait immédiatement déposé plainte pour diffamation.

Sous le maillot bleu, Cantona et Deschamps n’avaient déjà pas vécu une idylle parfaite. Cantona, qui n’avait pas hésité à qualifier “DD” de “vulgaire porteur d’eau” en 1996, a toujours soupçonné l’ex-capitaine des Bleus d’avoir contribué à l’écarter de l’équipe de France pour l’Euro cette année-là.