La nouvelle école de foot du Paris SG fait rêver les petits Rwandais

L’ancien joueur brésilien du PSG Rai (au centre) inaugure l’école de foot de Huye, au Rwanda, le 27 novembre 2021
Par Emmanuel BARRANGUET / © 2021 AFP

“Peut-être je peux devenir célèbre et jouer au Paris Saint-Germain”, rêve Charmant, 11 ans, footballeur de la toute première génération de l’école de foot du PSG inaugurée à Huye (Rwanda), un projet mené par le club conjointement avec le pays des Mille Collines.

Christella veut “jouer pour les +Amavubi+ (les Guêpes, l’équipe nationale, NDLR) et pour le PSG”, “rencontrer Lionel Messi et lui parler”, et enfin “devenir riche”, ose-t-elle en baissant les yeux sous ses tresses.

Comme eux, 172 enfants de 6 à 16 ans, dont un tiers de filles, ont intégré la première promotion de cette “académie” du PSG, inaugurée samedi par son ancien capitaine Rai.

Mais il s’agit d’un projet unique dans le riche réseau du PSG (122 écoles de foot dans 15 pays), fort de 22.000 jeunes joueurs sur quatre continents.

“C’est notre seule académie gratuite”, explique la responsable du développement de la marque PSG à l’international, Nadia Benmokhtar.

Les joueurs ne sont pas sélectionnés “par le filtre de l’argent”, ajoute-t-elle, mais au mérite, parmi 2.000 enfants (dont 500 filles) dans 18 écoles du district de Huye et huit centres de détection, comme le raconte Charmant.

“J’ai passé les tests, ils sont venu à l’école, j’ai gagné, ils ont fait d’autres tests ici au stade, j’ai gagné”, explique le garçon, front droit et sourire soigné par un appareil dentaire, fier dans sa tenue rouge et blanche avec l’écusson “PSG Academy”, floquée “Visit Rwanda”, sponsor du club et partenaire du projet.

“Pas de Messi ou de Mbappé”

La PSG Academy recevra également 4 à 500 enfants supplémentaires chaque année pour des stages.

Parmi ces gamins, sur la pelouse du stade en plein centre d’Huye, ville au milieu des collines conquises par l’agriculture, Rai a revêtu un maillot du PSG à ses nom et numéro (le 10) et participe aux exercices: ateliers conduite de balle avec les petits et “foulard” (attraper les foulards dans le dos des autres joueurs tout en dribblant) avec les grands.

L’ex-idole du PSG (1993-98) a encore la classe. Il a aussi coupé le ruban pour l’inauguration et chanté avec les enfants “Ici c’est?… Paris!”.

La veille, il a approché à quelques centimètres de gorilles, l’attraction la plus spectaculaire du Rwanda.

Dans la tribune jaune en ‘L’ du Huye Stadium, de nombreux parents sont venus pour l’inauguration, peut-être rêvent-ils aussi de voir leurs enfants sous le vrai maillot du PSG.

“Cela peut arriver, mais ce n’est pas l’intention première”, sourit Rai.

“On ne formera pas tout de suite un Messi ou un Mbappé”, abonde le secrétaire permanent du ministère des Sports, Didier Shema Maboko.

Avec ce partenariat, le représentant de l’État “espère” aussi “que le Rwanda devienne encore plus une destination touristique”.

“Promouvoir la marque”

Sur le plan sportif, il existe bien “un aspect performance important”, précise Nadia Benmokhtar, le PSG “veut humblement aider le Rwanda à élever le niveau de ses joueurs”.

Car le foot rwandais est encore à la traîne, avec une seule participation à la Coupe d’Afrique des nations (CAN), en 2014.

Ce centre de préformation doit devenir “la pépinière”, explique le directeur du centre, Théonas Ndanguza, épaulé par une directrice technique, Grace Nyinawumuntu, première femme entraîneure professionnelle du pays, également à la tête des U20 féminines du Rwanda.

Eux et les quatre coaches de l’académie ont suivi une formation au Camp des Loges, le centre d’entraînement du PSG, dans la banlieue parisienne.

“Nous espérons que cela va donner des fruits pour notre équipe nationale”, poursuit le directeur. “On n’a pas beaucoup d’académies, on a la chance qu’une équipe professionnelle comme le Paris Saint-Germain, qui sait ce qu’est le développement des joueurs, aide nos enfants”.

Côté PSG, “l’Académie a aussi comme but de promouvoir la marque”, explique Rai, ambassadeur d’un club qui aspire à devenir une référence mondiale à l’égal des géants d’Europe et qui grignote des parts de marché.

Alors le PSG trouvera de nouveaux Charmant ou Christella pour rêver de son maillot. Comme le dit Nadia Benmokhtar, “Ici c’est Paris, et ici c’est Huye!”