Michel Platini, à Nice, le 22 novembre 2019
/ © 2020 AFP

Du rififi à la Fifpro? Le syndicat mondial des footballeurs s’est étonné vendredi de l’arrivée de Michel Platini comme conseiller personnel du président Philippe Piat, soulignant qu’un tel rôle n’avait pas été débattu au sein de son comité directeur.

“A la lumière des informations de presse associant Michel Platini à un rôle dans notre organisation, la Fifpro aimerait déclarer publiquement qu’aucun poste similaire n’a été évoqué, encore moins approuvé, par le comité de direction”, a annoncé l’institution basée aux Pays-bas.

Ce communiqué lapidaire de la Fifpro répond aux déclarations de son patron français qui a déclaré cette semaine faire de Platini son conseiller personnel.

“Compte tenu de son aura, de son entregent, des connaissances et des fonctions qu’il a occupées, c’est quelqu’un d’important qui sera écouté au plus haut niveau”, a dit Philippe Piat à l’AFP mercredi.

“Je le connais depuis 1972! Comme il était libre, ça a facilité le rapprochement, a-t-il poursuivi. A partir du moment où il est bénévole et qu’il n’occupe pas de fonction élective, il n’y a rien qui nous empêche de parler dès maintenant.”

Piat a rouvert les portes du milieu du football à Platini qui a fini de purger, en octobre dernier, une suspension de quatre ans pour une affaire de gros sous.

Président de l’UEFA entre 2007 et 2015, l’ancien N.10 des Bleus n’a jamais caché son souhait de retrouver des fonctions proches des terrains.

L’annonce de son arrivée au syndicat est tombée à deux ans de la prochaine élection du président de la Fifpro, pour laquelle Philippe Piat ne se représentera pas.

De là à imaginer Michel Platini briguer sa succession… “C’est prématuré! Pour se présenter, il faut avoir fait ses preuves”, a balayé Piat, avant de poursuivre: “Il n’y a pas d’antinomie entre mon départ et l’éventuel cursus qui pourrait mener à ça (candidature de Platini). On n’a pas d’intérêts divergents. On verra comment évolueront les choses”.