le président de la Fédération internationale de football Gianni Infantino en conférence de presse lors de la réunion du conseil de la Fifa, le 24 octobre 2019 à Shanghai
Par Peter STEBBINGS / © 2019 AFP

La Fifa a attribuĂ© jeudi l’organisation de la Coupe du monde des clubs 2021 Ă  la Chine, saluant une “dĂ©cision historique”, qui confirme le poids grandissant du gĂ©ant asiatique dans le ballon rond mondial.

Il s’agira de la première Ă©dition qui se disputera Ă  24 Ă©quipes (et non plus sept), une rĂ©forme voulue par le prĂ©sident de la fĂ©dĂ©ration internationale de football Gianni Infantino.

L’annonce de l’attribution a Ă©tĂ© faite devant la presse par M. Infantino Ă  l’issue d’une rĂ©union du Conseil de la Fifa Ă  Shanghai (est), dont les membres ont choisi le pays asiatique “Ă  l’unanimitĂ©”, a-t-il soulignĂ©.

Cette dĂ©cision crĂ©dibilise l’organisation Ă  moyen terme d’un Mondial par le gĂ©ant chinois

un rêve de son président Xi Jinping et de nombreux habitants, le football étant très suivi en Chine.

Gianni Infantino a confirmé que la Chine était le seul candidat crédible envisagé pour cette édition de la Coupe du monde des clubs, qui réunira en juin 2021 les plus grandes stars du ballon rond.

“C’est une dĂ©cision historique pour le football”, a-t-il dĂ©clarĂ©. “Ce sera une compĂ©tition que chaque personne, chaque enfant et quiconque aimant le football attendra avec impatience.”

Gianni Infantino, rĂ©Ă©lu en juin pour un deuxième mandat, avait alors indiquĂ© vouloir atteindre “50 milliards de dollars” de revenus commerciaux pour cette Coupe du monde des clubs rĂ©formĂ©e.

Mais selon un proche du dossier interrogĂ© par l’AFP, ce chiffre est “difficilement crĂ©dible”.

Football féminin

L’actuelle version de la Coupe du monde des clubs oppose sept Ă©quipes, dont le vainqueur de la Ligue des champions europĂ©enne. Les Ă©ditions 2019 et 2020 auront lieu au Qatar.

Gianni Infantino a par ailleurs annoncĂ© jeudi que son organisation doublera le budget destinĂ© au dĂ©veloppement du football fĂ©minin, le portant Ă  un milliard de dollars (898 millions d’euros) sur les quatre prochaines annĂ©es.

“Le Conseil (de la Fifa) a dĂ©cidĂ© d’allouer 500 millions en plus des 500 millions dĂ©jĂ  budgĂ©tisĂ©s”, a-t-il prĂ©cisĂ©.

Le principe d’une Coupe du monde des clubs Ă  24 Ă©quipes a certes Ă©tĂ© adoptĂ© par le Conseil de la Fifa en mars Ă  Miami. Mais sans les voix de l’UEFA, qui dĂ©nonce le manque de transparence du prĂ©sident et la concurrence Ă  sa rĂ©forme de la Ligue des champions.

Gianni Infantino a confirmé jeudi que le tournoi réformé comprendra huit équipes européennes.

La nouvelle formule de la Coupe du monde des clubs se disputera tous les quatre ans et remplace la Coupe des confédérations.

La Chine, deuxième économie mondiale, devient de plus en plus influente auprès de la Fifa.

Le conglomérat chinois Wanda est désormais partenaire de la fédération internationale, et le producteur de smartphones Vivo est sponsor de la Coupe du monde.

Mais le pays est seulement 68e au classement Fifa et PĂ©kin a fait du dĂ©veloppement de ce sport une prioritĂ© nationale, avec pour objectif d’accueillir puis de remporter un jour le Mondial.

“Quelqu’un d’autre!”

L’hypothèse d’une candidature de la Chine pour l’Ă©dition 2030 a Ă©tĂ© Ă©voquĂ©e.

Mark Dreyer, un spĂ©cialiste du sport chinois basĂ© Ă  PĂ©kin, souligne que le pays a une expĂ©rience dĂ©sormais très significative en matière d’organisation de grands rendez-vous internationaux.

“Mais je crains que les autres candidats (pour 2030) n’utilisent cette attribution (de la Coupe du monde des clubs) contre la Chine”, estime M. Dreyer, fondateur du site internet China Sports Insider.

“Ces pays pourraient dire: les Chinois ont dĂ©jĂ  obtenu quelque chose de la Fifa (…), donc donnez le Mondial Ă  quelqu’un d’autre!”

Gianni Infantino a par ailleurs Ă©tĂ© interrogĂ© jeudi par la presse sur le fait de savoir si les footballeurs venant jouer lors de la Coupe du monde des clubs 2021 devront s’autocensurer.

Une question en rĂ©fĂ©rence au rĂ©cent tollĂ© provoquĂ© en Chine par le tweet d’un dirigeant de l’Ă©quipe de basket NBA des Houston Rockets, qui avait soutenu les manifestations dans le territoire autonome chinois de Hong Kong.

“Tout le monde peut dire ce qu’il veut”, a dĂ©clarĂ© M. Infantino.

“En ce qui nous concerne, nous essayons d’utiliser le football comme un catalyseur pour le positif, et jamais pour le nĂ©gatif.”