L1: Vieira emporté par les mauvais résultats de Nice

L’entraîneur de Nice Patrick Vieira lors d’un match de championnat à Toulouse, le 15 février 2020
/ © 2020 AFP

Patrick Vieira n’a pas résisté à un début de saison raté et à cinq défaites d’affilée: Nice a annoncé vendredi mettre fin aux fonctions du champion du monde 1998, dont la première expérience d’entraîneur au très haut niveau n’a pas tenu toutes ses promesses.

“Arrivé à l’OGC Nice à l’été 2018, Patrick Vieira n’est plus l’entraîneur de l’OGC Nice à compter de ce jour”, écrit le club dans un bref communiqué.

C’est son ancien adjoint, le Roumain Adrian Ursea (53 ans), qui prend les rênes du Gym. Il “sera le coach cette saison”, a assuré le président du club Jean-Pierre Rivère, lors d’une conférence de presse, écartant la possibilité d’un simple intérim.

Pour succéder aux très expérimentés Claude Puel et Lucien Favre, les dirigeants niçois avaient misé sur Vieira, champion immense mais technicien jeune, aux idées sur le jeu très affirmées et ambitieuses. Mais après un peu plus de deux saisons, il a été emporté par une cascade de mauvais résultats.

Jeudi soir, Nice a ainsi été battu 3-2 à domicile par le Bayer Leverkusen et est officiellement éliminé de la Ligue Europa, une compétition qui s’est avérée trop grande pour le club. Et en L1, les Aiglons ne sont que 11e (avec un match en retard), loin des ambitions affichées par le nouveau propriétaire, le groupe pétrochimique Ineos.

Dante, le coup dur

Vieira (44 ans) n’est pas parvenu à redresser la situation et il devient donc le second technicien démis de ses fonctions par Jean-Pierre Rivère et Julien Fournier, le duo exécutif de l’OGCN, depuis le licenciement en cours de contrat d’Eric Roy en novembre 2011.

Sous la direction de Vieira, Nice a fini 7e puis 5e lors de ses deux premières saisons. Le début raté de celle en cours, peu en rapport avec le projet Ineos, a précipité la chute de l’ancien grand milieu de terrain d’Arsenal ou de la Juventus.

A sept mois de la fin de son contrat, Vieira a aussi payé au prix fort les aléas d’une saison marquée par le Covid, qui a frappé son effectif à l’automne. Surtout, son équipe était en grande souffrance depuis la grave blessure du très expérimenté défenseur central Dante à Angers, il y a un mois. Sans lui, les Aiglons ont très souvent semblé totalement perdus et la défense a sombré, avec notamment 15 buts encaissés en cinq matches de Ligue Europa.

La pression des supporters a également influé. Absents du stade, ils étaient virulents sur les réseaux sociaux et très mécontents de la qualité de jeu proposée, très éloignée des ambitions initiales développées par l’ancien capitaine des Bleus.

Rudes coulisses

Vieira avait pourtant pu dessiner sa troisième équipe niçoise à sa guise et se séparer de cadres l’ayant déçu. Mais ni les résultats ni la manière n’ont été au rendez-vous.

Au cours de son expérience niçoise, Vieira aura aussi découvert les rudes coulisses du métier avec le départ puis le retour du duo Rivère-Fournier, avec lesquels il a été en froid après en avoir été très proche.

L’OGCN de son côté a donc choisi de confier l’équipe à Adrian Ursea, tacticien reconnu, qui connaît bien le club et les joueurs. L’ancien international roumain et ex-coach du Servette Genève et de Neuchâtel Xamax, était arrivé avec Lucien Favre en 2016. Après avoir quitté l’OGCN en même temps que Favre, il est revenu la saison passée pour étoffer le staff sportif. A la vidéo tout d’abord, puis sur le terrain.

Il sera épaulé par un autre adjoint de Vieira, Frédéric Gioria. Pur Niçois, il n’a connu que le club de sa ville et en est même le dernier capitaine à avoir soulevé un trophée, la Coupe de France 1997.

Symbole du pedigree discret d’Ursea, le club niçois avait mal orthographié son prénom dans le communiqué publié sur le site du club, écrivant “Adrien” au lieu d'”Adrian”.