L1: “Un grand pas en arrière” pour le PSG, fustige Tuchel

L’entraîneur du Paris-SG, Thomas Tuchel, lors du match de Ligue 1 face à Lyon, au Parc des Princes, le 13 décembre 2020
/ © 2020 AFP

Le Paris SG, battu par Lyon dimanche (1-0), a effectué “un grand pas en arrière”, a constaté son entraîneur Thomas Tuchel, “surpris” par la “fatigue mentale” de ses joueurs.

Q: Comment expliquez-vous cette défaite ?

R: “On n’a jamais été prêt pour jouer ce match mentalement. On était très fatigué mentalement. On n’a jamais trouvé de rythme non plus. On n’a pas joué avec assez de concentration, de discipline. C’était un grand pas en arrière après le dernier match. Je suis surpris. Je m’attendais à un match de très haut niveau. J’ai vu un match de niveau très bas, le match en général, pas seulement nous.”

Q: Pourquoi Kylian Mbappé a-t-il débuté comme remplaçant ?

R: “Il n’y a aucun problème extrasportif. C’est une recommandation médicale. Il ne pouvait pas jouer plus de 25 minutes selon les médecins, il en a joué une trentaine (entré à la 65e).”

Q: Il y avait-il des signes d’une éventuelle fatigue mentale ?

R: “C’est ma faute, ma responsabilité. Je n’ai pas vu hier (samedi) de la fatigue, c’est pour ça je suis très surpris. Si j’avais eu ce sentiment, j’aurais fait des changements. On avait fait un grand pas, avec notre énergie, depuis Bordeaux (2-2, le 28 novembre dernier). C’était exceptionnel contre Manchester United, Montpellier, Basaksehir, dans la récupération haute du ballon. On n’y était pas du tout ce soir, dans l’effort, la structure. On a donné des points comme des cadeaux, à Monaco, contre Bordeaux…”

Q: Etes-vous inquiet par la perte de la place de leader ?

R: “Perdre la place de leader, ca ne m’inquiète pas. Mais on manque de sérieux, et j’ai un problème avec ça.”

Q: Voyez-vous un problème physique aussi ? Ou un signe de décompression, après la qualification pour les 8es de C1 ?

R: “Dans un match sans intensité, il ne peut pas y avoir de problèmes physiques. Je ne veux pas accepter (la question d’une décompression), car nous étions dans une phase très bien. Les clés sont l’effort, la discipline, la manière de défendre. Il y a beaucoup de raisons d’être fatigués, de ressentir de la décompression. Mais pour un match contre Lyon, les excuses n’existent pas. Je ne veux pas d’excuses. C’est logique et dur pour moi à accepter. Mais on ne va jamais s’arrêter de se battre.”

Propos recueillis en conférence de presse