L1: Sampaoli et l’OM, le sanguin et le sang neuf

L’entraîneur argentin de Marseille, Jorge Sampaoli, lors d’un match amical contre le Benfica, à Lisbonne, le 25 juillet 2021
/ © 2021 AFP

Satisfait par un mercato conforme à ses exigences, le bouillant entraîneur argentin Jorge Sampaoli se doit d’être à la hauteur de sa première saison pleine en Ligue 1 avec Marseille, pour matérialiser les ambitions de sa direction et briller enfin en Europe.

Ce globe-trotteur des clubs et sélections sud-américains (61 ans) a séduit sur son continent, mais sa carrière européenne se résume à une petite saison au Séville FC sans aucun titre ni performance mémorable, avec une 4e place en Liga.

L’heure est venue d’écrire une histoire plus heureuse avec le club phocéen, qui colle à l’ADN de cet adepte du jeu offensif au tempérament de feu, symbolisé par son altercation avec l’entraîneur de Villarreal Unai Emery, samedi en amical (2-1).

Après sa nomination fin février au coeur d’une saison noire pour Marseille, le technicien a remis le club dans le sens de la marche, décrochant in extremis une qualification pour la Ligue Europa et insufflant un peu de sérénité, même si ses coups de sang ne paraissent jamais loin lorsque son équipe est sur la pelouse et que le jeu produit n’a pas encore été très flamboyant.

Redonner le sourire aux supporters

Les ingrédients sont en tout cas réunis pour redonner le sourire aux supporters: un Stade Vélodrome de nouveau rempli par les fans

30.000 spectateurs samedi contre Villarreal, avant une jauge pleine espérée fin août à domicile

-, un président Pablo Longoria sur la même longueur d’ondes que son technicien et surtout un mercato prometteur.

Malgré des moyens limités, l’OM a embauché plusieurs jeunes “pépites”: le milieu français d’Arsenal Mattéo Guendouzi (22 ans), l’ailier turc Cengiz Ünder (23 ans), le défenseur argentin Leonardo Balerdi (22 ans), le défenseur français William Saliba (20 ans), l’ailier américain Konrad De La Fuente (20 ans) et surtout le milieu brésilien Gerson (24 ans) ont rejoint le centre d’entraînement de la Commanderie.

En y associant deux éléments plus expérimentés, le gardien espagnol Pau Lopez (26 ans) et le défenseur brésilien Luan Peres (27 ans), ancien joueur de Sampaoli à Santos au Brésil, l’armada semble quasi-complète dès la fin du mois de juillet, après les départs de Florian Thauvin, Valère Germain, Hiroki Sakai ou encore Kevin Strootman, nombre de gros salaires.

“Très bon feeling”

Ce mercato, “nous le préparons depuis l’arrivée de Sampaoli”, a récemment affirmé Longoria, confirmant que le duo évoque l’intersaison depuis plusieurs mois.

Et les nouveaux venus ne tarissent pas d’éloges envers leur nouvel entraîneur, qui a su les convaincre: “C’est en grande partie grâce à lui que je viens à Marseille. J’ai eu de très bonnes discussions avec lui et dès la première conversation qu’on a eue, on a eu un très bon +feeling+”, a développé Guendouzi.

Ce n’est cependant que sur la pelouse que les supporters jugeront l’impact de “Sampa”, dont le principal fait d’armes en tant que technicien reste un succès en Copa America en 2015 avec la sélection chilienne.

Pour le moment, les voyants sont au vert: l’OM n’a perdu aucun de ses matches de préparation, signant notamment un succès contre Saint-Etienne (2-1) avec un but de son nouvel ailier De La Fuente, tenant en échec le Benfica Lisbonne (1-1) et dominant Villarreal pour un succès d’estime.

Suffisant pour répondre aux attentes des supporters ? “C’est un projet du présent. Ça ne m’intéresse pas qu’on se souvienne de moi, je veux aider à redresser une situation difficile et à rendre la joie et l’espérance aux supporters. Je suis totalement dédié à ça”, disait Sampaoli en mars, au moment de sa signature. Cinq mois plus tard, la promesse tient toujours. Les exigences, elles, sont plus élevées.