L1: Rennes, une équipe trop organisée pour être française ?

Les joueurs du Stade Rennais célèbrent un but marqué par Damien da Silva (d) contre Reims au Roazhon Park, le 4 octobre 2020
/ © 2020 AFP

L’international italien Daniele Rugani, nouveau défenseur de Rennes, a raconté mardi que son ex-coéquipier à la Juventus Gianluigi Buffon, passé par le Paris SG, lui avait décrit la formation bretonne comme presque trop organisée pour être française.

Le célèbre gardien italien a croisé Rennes pendant sa saison 2018-2019 au PSG. Il était sur le banc lorsque Rennes a remporté la finale de la Coupe de France 2019 aux tirs au but (2-2 a.p., 6 t.a.b. à 5) alors que les Parisiens menaient 2-0 après un peu plus de 20 minutes.

“C’était une équipe presque +non française+ parce qu’elle était très organisée et difficile à affronter”, a-t-il raconté à Rugani, selon les propos de ce dernier lors de sa conférence de presse de présentation.

Arrivé samedi en prêt pour une saison à Rennes, le défenseur de la Juventus a expliqué avoir ressenti le besoin d’un nouveau défi alors que les Bretons s’apprêtent à disputer la Ligue des champions pour la première fois de leur histoire.

“J’avais envie de me sentir en vie, de me sentir important, de me remettre en jeu (…). Je pense mériter plus que j’ai obtenu, surtout la saison dernière”, a-t-il déclaré.

Pour autant, il s’est dit conscient de la nécessité de s’adapter: la Ligue 1 est “très difficile, très physique. Il y a beaucoup de vitesse et d’intensité. C’est un championnat coriace, par rapport au championnat italien qui est plus tactique”.

Le Stade rennais a été l’un des principaux animateurs du mercato cet été, avec les arrivées déjà fructueuses de Serhou Guirassy (Amiens) et Nayef Aguerd (Dijon) ainsi que celles tardives d’Alfred Gomis (Dijon), Daniele Rugani (prêté par la Juventus), Dalbert (prêté par l’Inter) et pour finir le grand espoir belge Jérémy Doku (Anderlecht).

Le club actuel leader du championnat, mais qui va devoir mener de front L1 et C1 dans les prochains mois, a en revanche laissé partir son gardien Edouard Mendy (Chelsea) et son ailier brésilien Raphinha (Leeds).

Au final, la balance du mercato rennais reste négative d’environ 20 millions d’euros, a déclaré le président Nicolas Holveck, saluant l’engagement de la famille Pinault, actionnaire unique depuis 1998, de prendre à sa charge les pertes liées au Covid, estimées à 15 millions d’euros.

“On est loin d’avoir le meilleur effectif mais on a un effectif cohérent, équilibré et surtout, une vraie équipe”, a-t-il conclu.