L1: Rennes bat Toulouse au bout du suspense

Le milieu de Rennes Yann Gboho heureux après la victoire à domicile contre Toulouse, le 27 octobre 2019
/ © 2019 AFP

Rennes s’est relancé au bout d’une série noire de dix matches sans victoire en battant Toulouse au bout du suspense (3-2) dimanche au Roazhon Park, grâce à un but du jeune Yann Gboho, 18 ans, qui venait d’entrer en jeu.

Gboho, qui n’avait joué que 11 minutes cette saison en L1, contre Monaco, est entré à la 91e minute et a marqué juste après, bien décalé par Siebatcheu, entré à l’heure de jeu.

“Il y a beaucoup de joie dans le vestiaire, et de soulagement. Mes joueurs ont continué à pousser, à y croire, et ils ont été récompensés”, a dit le coach rennais, Julien Stéphan, après ce succès un peu tiré par les cheveux, malgré une entame de match parfaite: deux buts en six minutes.

Le manque de réussite persistait, en L1 et en Europe, depuis la dernière victoire, le 25 août à Strasbourg (2-0), quand Rennes menait le championnat (3 victoires en 3 matches).

Mais ce match a parfaitement commencé: une percée et une bonne passe de Hunou, suivie d’un centre parfait de Maouassa, l’international Espoirs, a permis à Niang de reprendre de volée pour le 1-0 (3e), puis d’aller enlacer son coach sur la ligne de touche.

Trois minutes plus tard, une faute de Sangaré sur Raphinha a provoqué un coup franc à 25 mètres: Bourigeaud l’a tiré et Gnagnon a centré pour Hunou qui a doublé la mise (6e). De quoi redonner l’espoir au public breton. Mais il restait 84 minutes à jouer.

“On s’est dit que les fantômes revenaient”

Les Rennais se sont un peu relâchés, entamés physiquement et mentalement par leur débauche d’énergie jeudi face à Cluj (défaite 1-0), en infériorité numérique. Le Téfécé en a profité pour revenir à 2-1 avant la pause.

Le premier avertissement est venu d’un joli tir en pivot de Sanogo bien trouvé par Sangaré, mais Mendy est bien sorti (24e). Puis sur un contre toulousain et un centre de Sylla mal dégagé par Mendy, Dossevi a bien suivi et marqué dans un angle fermé (41e). Toulouse a repris espoir.

Dès la reprise, un contre toulousain a été stoppé in extremis par Camavinga, le prodige angolais du Stade Rennais (16 ans). Puis une volée de Gradel est passée juste à côté (53e) et Rennes a répliqué par un centre tendu de Raphinha (55e) qui a longé la ligne de but de Reynet, sans trouver preneur.

A l’heure de jeu, le Téfécé s’est installé dans le camp rennais et, sur une tête de Boisgard bien captée par Mendy (63e), ou sur un raid d’Iseka bien contré par Gnagnon (66e), le Roazhon Park a tremblé. Rennes a commencé à réagir, par un raid de Camavinga (69e) et un coup franc de Raphinha (74e), détourné par le mur, juste à côté du poteau de Reynet.

Sur un énième contre toulousain récompensé par un coup franc, Gradel a logé le ballon hors d’atteinte de Mendy (84e), suite à une faute de Del Castillo. 2-2 tout était à refaire et “on s’est dit que les fantômes revenaient”, a avoué le capitaine Damien Da Silva.

Alors que tout semblait fichu, encore une fois, Siebatcheu a mis sa tête juste à côté (90e) après un raid de Del Castillo. Juste après, le même Siebatcheu a décalé Gboho pour le but de la victoire (90e+2). Inespéré, à trois jours d’Halloween.