Le milieu de Rennes Yann Gboho heureux après la victoire à domicile contre Toulouse, le 27 octobre 2019
/ © 2019 AFP

Rennes s’est relancĂ© au bout d’une sĂ©rie noire de dix matches sans victoire en battant Toulouse au bout du suspense (3-2) dimanche au Roazhon Park, grâce Ă  un but du jeune Yann Gboho, 18 ans, qui venait d’entrer en jeu.

Gboho, qui n’avait jouĂ© que 11 minutes cette saison en L1, contre Monaco, est entrĂ© Ă  la 91e minute et a marquĂ© juste après, bien dĂ©calĂ© par Siebatcheu, entrĂ© Ă  l’heure de jeu.

“Il y a beaucoup de joie dans le vestiaire, et de soulagement. Mes joueurs ont continuĂ© Ă  pousser, Ă  y croire, et ils ont Ă©tĂ© rĂ©compensĂ©s”, a dit le coach rennais, Julien StĂ©phan, après ce succès un peu tirĂ© par les cheveux, malgrĂ© une entame de match parfaite: deux buts en six minutes.

Le manque de réussite persistait, en L1 et en Europe, depuis la dernière victoire, le 25 août à Strasbourg (2-0), quand Rennes menait le championnat (3 victoires en 3 matches).

Mais ce match a parfaitement commencĂ©: une percĂ©e et une bonne passe de Hunou, suivie d’un centre parfait de Maouassa, l’international Espoirs, a permis Ă  Niang de reprendre de volĂ©e pour le 1-0 (3e), puis d’aller enlacer son coach sur la ligne de touche.

Trois minutes plus tard, une faute de SangarĂ© sur Raphinha a provoquĂ© un coup franc Ă  25 mètres: Bourigeaud l’a tirĂ© et Gnagnon a centrĂ© pour Hunou qui a doublĂ© la mise (6e). De quoi redonner l’espoir au public breton. Mais il restait 84 minutes Ă  jouer.

“On s’est dit que les fantĂ´mes revenaient”

Les Rennais se sont un peu relâchĂ©s, entamĂ©s physiquement et mentalement par leur dĂ©bauche d’Ă©nergie jeudi face Ă  Cluj (dĂ©faite 1-0), en infĂ©rioritĂ© numĂ©rique. Le TĂ©fĂ©cĂ© en a profitĂ© pour revenir Ă  2-1 avant la pause.

Le premier avertissement est venu d’un joli tir en pivot de Sanogo bien trouvĂ© par SangarĂ©, mais Mendy est bien sorti (24e). Puis sur un contre toulousain et un centre de Sylla mal dĂ©gagĂ© par Mendy, Dossevi a bien suivi et marquĂ© dans un angle fermĂ© (41e). Toulouse a repris espoir.

Dès la reprise, un contre toulousain a été stoppé in extremis par Camavinga, le prodige angolais du Stade Rennais (16 ans). Puis une volée de Gradel est passée juste à côté (53e) et Rennes a répliqué par un centre tendu de Raphinha (55e) qui a longé la ligne de but de Reynet, sans trouver preneur.

A l’heure de jeu, le TĂ©fĂ©cĂ© s’est installĂ© dans le camp rennais et, sur une tĂŞte de Boisgard bien captĂ©e par Mendy (63e), ou sur un raid d’Iseka bien contrĂ© par Gnagnon (66e), le Roazhon Park a tremblĂ©. Rennes a commencĂ© Ă  rĂ©agir, par un raid de Camavinga (69e) et un coup franc de Raphinha (74e), dĂ©tournĂ© par le mur, juste Ă  cĂ´tĂ© du poteau de Reynet.

Sur un Ă©nième contre toulousain rĂ©compensĂ© par un coup franc, Gradel a logĂ© le ballon hors d’atteinte de Mendy (84e), suite Ă  une faute de Del Castillo. 2-2 tout Ă©tait Ă  refaire et “on s’est dit que les fantĂ´mes revenaient”, a avouĂ© le capitaine Damien Da Silva.

Alors que tout semblait fichu, encore une fois, Siebatcheu a mis sa tĂŞte juste Ă  cĂ´tĂ© (90e) après un raid de Del Castillo. Juste après, le mĂŞme Siebatcheu a dĂ©calĂ© Gboho pour le but de la victoire (90e+2). InespĂ©rĂ©, Ă  trois jours d’Halloween.