L1: Rennes attendu, avant un “Olympico” de milieu de classement

Les joueurs du Stade Rennais vainqueurs à Saint-Etienne, avec notamment un but de Serhou Guirassy, le 26 septembre 2020 à Geoffroy-Guichard
Par Antoine MAIGNAN / © 2020 AFP

Rennes, imperturbable leader de la Ligue 1, espère poursuivre son cavalier seul contre Reims ce week-end sans son nouveau gardien Alfred Gomis, avant un choc Lyon-Marseille opposant deux “Olympiques” en difficulté dimanche pour la 6e journée de Ligue 1.

Le choc: OL-OM, les “Olympiques” mal en point

Lyon contre Marseille a rarement été un duel entre le 11e et le 9e du championnat. Pourtant, dimanche soir dans le Rhône, ce seront bien deux équipes de milieu de tableau qui s’affronteront.

L’OL n’a gagné qu’un seul match depuis son épopée de l’été en Ligue des champions (demi-finale), et c’était le premier, contre Dijon fin août (4-1). Depuis, les hommes de Rudi Garcia ont beaucoup peiné, avec trois nuls et une défaite.

Pour l’OM du duo Dimitri Payet-Florian Thauvin, c’est tout aussi compliqué depuis la victoire au Parc des Princes le 13 septembre (1-0) contre le rival parisien: une défaites et deux nuls arrachés in extremis.

Et l’entraîneur André Villas-Boas sait qu’il faut engranger des points au plus vite, car son calendrier ne va pas s’arranger avec la Ligue des champions, qui approche dans moins d’un mois, et notamment un duel périlleux contre Manchester City.

L’absent: débuts retardés pour Alfred Gomis, nouveau portier rennais

Intouchable depuis le début de saison, Rennes (1er, 13 points sur 15 possibles) accueille Reims dimanche (17h00) sans son nouveau gardien Alfred Gomis.

L’ex-Dijonnais, recruté pour 15 à 16 millions d’euros selon la presse, a déclaré forfait en raison d’un “petit souci musculaire” contracté lors de son dernier match, selon son entraîneur Julien Stéphan qui doit donc maintenir sa confiance en la doublure Romain Salin pour cette 6e journée.

Pour le Sénégalais, qui a la lourde tâche de remplacer son compatriote Edouard Mendy, parti à Chelsea pour 24 millions d’euros, le calendrier sera serré, car il n’aura qu’un match, contre Dijon après la trêve internationale, pour se mettre dans le bain avant la Ligue des champions où des retrouvailles face à Mendy sont programmées pour un alléchant Rennes-Chelsea.

Le chiffre: 1.000 spectateurs, 5.000 ou huis clos

Les dernières mesures gouvernementales imposant la baisse de la jauge maximale du public à 1.000 spectateurs dans les zones “d’alerte renforcée” ont conduit plusieurs clubs à revoir leur copie pour l’accueil du public lors de cette 6e journée.

Ainsi, Bordeaux-Dijon et Montpellier-Nîmes auront lieu à huis clos, alors que Nice accueillera Nantes devant 1.000 spectateurs, comme le Paris SG pour la venue d’Angers dès ce vendredi, ou Rennes pour celle de Reims.

A Lyon, une décision identique a été prise, et le choc contre l’OM se déroulera devant 1.000 spectateurs, mais “uniquement en loges” et sans vente pour le grand public, selon Xavier Pierrot, le Stadium manager.

Les autres matches, dans des zones moins risquées, auront lieu devant 5.000 personnes, comme Strasbourg-Lille, Lens-Saint-Etienne, Brest-Monaco ou Metz-Lorient.

Les coulisses: un mercato à boucler

Le week-end de Ligue 1 sera chaud aussi en coulisses, avec de nombreux clubs en train de finaliser les ultimes arrivées et départs avant la clôture du mercato lundi soir.

Après un printemps miné par les pertes dues au coronavirus, les bonnes affaires seront rares, mais le Paris SG et son directeur sportif Leonardo restent à l’affût, notamment pour un attaquant, un milieu, voire un latéral gauche pour pallier la longue absence de Juan Bernat, selon la presse. Mais il faudra pour cela dégraisser (Julian Draxler, Idrissa Gueye…).

A l’OL, après l’arrivée de Lucas Paqueta, le sort de Memphis Depay, Houssem Aouar et Moussa Dembélé risque d’alimenter la chronique, tout comme celui de Jeff Reine-Adélaïde, convoité par Rennes selon les médias spécialisés.