L1: Rennes, accroché 1-1 par Lorient, perd du terrain

Le défenseur anglais de Lorient, Trevoh Chalobah, dégage le ballon devant le milieu de terrain rennais, Eduardo Camavinga, lors de leur match de L1, le 3 février 2021 au Roazhon Park à Rennes
/ © 2021 AFP

Lorient a encore frappé: trois jours après son exploit face au PSG (3-2), la lanterne rouge de la semaine dernière a encore grappillé un point (1-1) à Rennes, qui voit à nouveau le peloton de tête s’éloigner.

Grâce à cette nouvelle performance, les Merlus s’extirpent provisoirement de la zone de relégation, tandis que Rennes reste bloqué à cinq points du quatuor de tête.

En attendant leur match en retard à Marseille, les Rennais devront se montrer plus tranchants en attaque lors de leur déplacement délicat à Lens samedi.

D’entrée de jeu, les Rennais ont pris possession de la balle, avant de marquer dès le premier quart d’heure.

Héritant d’un ballon récupéré par Benjamin Bourigeaud, Eduardo Camavinga a tenté une frappe du droit, repoussée par le gardien Matthieu Dreyer mais bien suivie par Martin Terrier, qui n’a plus eu qu’à le pousser dans la cage vide. Le 3e but de la saison de l’ancien Lyonnais, dont déjà un à Lorient en décembre (1-0, 14e).

Mais les Lorientais n’ont pas baissé les bras, et ont régulièrement lancé des contres intéressants, comme sur ce centre de Jonathan Delaplace qui a manqué d’un cheveu la tête du capitaine Fabien Lemoine (41e). En revanche, Terem Moffi, buteur lors des cinq derniers matches de Lorient, est resté muet, ou bien tenu par la défense.

Final haletant

Aidés par un Camavinga intenable, les Rennais ont maintenu la pression, tout en manquant comme souvent de précision dans les derniers gestes. Ils auraient cependant pu alourdir la note avec une tête lobée de Bourigeaud (45e) ou un contre mené par Terrier.

Arrivé face à Dreyer, il a préféré servir Jérémy Doku sur sa droite. Mais le jeune ailier belge, dont les supporters rennais attendent toujours le premier but sous son nouveau maillot, a tergiversé et laissé Jérémy Morel revenir bloquer son tir (59e).

Comme lors des victoires contre Dijon et Paris ces derniers jours, et malgré l’énergie dépensée dans ces matches quand Rennes était à l’entraînement, Lorient a fini par prendre l’ascendant, poussant vers l’avant, aidé par les changements de la dernière demi-heure.

Après plusieurs avertissements pour la défense rennaise, les efforts des Merlus ont été récompensés sur un centre d’Andreaw Gravillon repris par Quentin Boisgard qui a trompé Alfred Gomis, de retour dans les cages rennaises, après plusieurs mois d’absence, d’une demi de volée en déséquilibre (1-1, 83e).

De quoi offrir un final haletant, avec des occasions de part et d’autre, mais sans évolution du score.