L1: pour le maintien, Saint-Etienne fait le pari Bernardoni

Le gardien d’Angers, Paul Bernardoni, face au Paris Saint-Germain, lors de la 10e journée de Ligue 1, le 15 octobre 2021 au Parc des Princes
Par Francois-Jean TIXIER / © 2022 AFP

Un nouveau gardien pour l’opération maintien: Saint-Etienne, dernier de Ligue 1, défie Lens samedi (17h00) avec un nouveau portier, Paul Bernardoni, arrivé en prêt d’Angers jusqu’à la fin de la saison pour tenter de solidifier la poreuse arrière-garde stéphanoise.

L’ASSE, lanterne rouge (12 pts) et troisième pire défense de L1 (40 buts encaissés), n’a plus le choix: il lui faut à tout prix engranger des points pour s’extirper de la zone rouge, alors que le premier non-relégable pointe à cinq longueurs.

Et pour initier la remontée, les dirigeants stéphanois ont misé sur Bernardoni (24 ans), recrue déjà expérimentée en L1, alors que le jeune Stefan Bajic (20 ans) gardait la cage des Verts lors de leur dernier match, le 2 janvier en Coupe de France (4-1) contre Jura Sud (N2, 4e div.). Dans la foulée, le déplacement à Angers, le 9 janvier, a été reporté en raison de cas de Covid-19 côté angevin.

Pour Bernardoni, ce retour au terrain sera aussi un retour vers la lumière: il n’a plus joué en Ligue 1 depuis le 31 octobre contre Nice (défaite 2-1).

“L’arrivée de Paul Bernardoni répond à une situation d’urgence car Etienne Green est actuellement blessé”, a déclaré le nouvel entraîneur stéphanois Pascal Dupraz à l’occasion de la présentation du joueur le 7 janvier.

Néanmoins, Etienne Green (21 ans), international espoirs anglais, blessé à un coude à l’occasion du déplacement à Reims, le 11 décembre (défaite 1-0), a, depuis, repris l’entraînement.

Expérience au poste

Dupraz, qui fait face aussi au départ à la Coupe d’Afrique de six joueurs, sans compter plusieurs cas de Covid dans son effectif, avait déclaré le 31 décembre “qu’il y avait des besoins plus urgents que celui de gardien”, évoquant notamment le chantier de la défense centrale.

Le technicien ligérien a quand même admis que l’arrivée du portier angevin, “ajoutait de l’expérience à un poste très important pour augmenter nos chances d’obtenir des résultats en vue du maintien”, d’autant que l’international Espoirs français a un vécu dans la lutte pour le maintien avec Nîmes (2018-2020). “L’habitude fait la force”, note Dupraz.

Bernardoni compte déjà 179 matches professionnels et connaît avec Saint-Etienne son sixième club après Troyes, où il a été formé (2014-2016), Bordeaux (2015-2017), Clermont (2017-2018, L2, prêt), Nîmes (2018-2020, L1, prêt) et Angers depuis 2020.

“Il vient pour être un titulaire qui sera soumis à la concurrence. Ça tombe bien, l’AS Saint-Etienne a deux jeunes gardiens d’avenir”, a précisé Dupraz.

Revanche et “envie folle”

Pour Bernardoni, c’est un pari personnel: il a perdu sa place au SCO après être resté indisponible deux mois en raison d’une pneumopathie. Il n’a disputé cette saison que 13 matches en Ligue 1.

Il arrive accompagné de l’attaquant Sada Thioub (26 ans), lui aussi prêté, avec qui il était aussi à Nîmes.

“Leur situation personnelle en fait des revanchards”, souligne Dupraz en guise d’espoir pour leur investissement.

“Nous avons préféré opter pour eux plutôt que pour des jeunes à fort potentiel arrivant en provenance de grands clubs. Leur arrivée est une affaire d’opportunité”, explique-il.

“Je n’ai pas hésité un seul instant. J’arrive avec une envie folle”, se réjouit, pour sa part, Bernardoni.

“Personne ici n’a envie de voir l’ASSE en Ligue 2. Pour moi, c’est inconcevable. L’objectif est très clair : maintenir le club”, a-t-il confié, évoquant “un challenge plus que réalisable”.

Face à une redoutable équipe de Lens, 6e du classement, qui a bien réussi son début 2022, sa performance est déjà très attendue.