L1: Pochettino, retour royal au Parc des princes

Le milieu espagnol Pablo Sarabia (c) marque le 3e but pour le Paris-SG lors du match de Ligue 1 à domicile contre le Stade Brestois, le 9 janvier 2021
Par Alexis HONTANG / © 2021 AFP

Un beau cadeau d’accueil: le Paris SG a battu Brest (3-0) samedi, pour offrir à son nouvel entraîneur Mauricio Pochettino, qui retrouvait le Parc des princes, sa première victoire.

Comme à Saint-Etienne mercredi (1-1), “Poche” a capté l’attention plus que ses joueurs. “De retour chez toi. Bienvenue capitaine”, l’ont salué les ultras dans une banderole qui rappelait son passé de défenseur, passé au club entre 2001 et 2003.

Mais le populaire Argentin, qui a laissé de bons souvenirs dans la capitale aux supporters, n’a pas frappé les mémoires pour son come-back.

C’est la faute de Lyon qui a remporté, pour un point, le titre honorifique de champion d’automne, qui couronne l’équipe en tête au terme de la phase aller.

En arrachant le nul à Rennes (2-2), l’OL a privé Pochettino de la cerise sur son Paris-Brest. Et lui a rappelé que rien ne lui sera donné en Ligue 1.

En effet, la dernière fois que Paris n’a pas été premier à mi-Championnat, Monaco avait été sacré, en 2017. Cette saison-là, à mi-parcours, les hommes d’Unai Emery comptaient autant de points que cette année (39)…

Pochettino, comme il le répète en conférence de presse, n’est pas du genre à regarder le passé. Arrivé à Noël à la place de Thomas Tuchel, il veut “construire” et “gagner avec style”.

Pour le premier point, le Trophée des champions, mercredi contre Marseille à Lens, constitue une occasion en or de lancer son mandat, et d’ouvrir enfin son armoire à trophées, lui qui n’en a gagné aucun comme entraîneur.

Pour le style, c’est encore en chantier. Les buts de Moise Kean (16e), Mauro Icardi (81e) et Pablo Sarabia (83e) ne reflètent pas forcément la physionomie d’une rencontre que Paris a eu du mal à maîtriser.

Icardi marque enfin

Plombés par leurs pertes de balles, les Parisiens se sont longtemps exposés aux contres brestois. Sans l’arrêt de Keylor Navas, encore décisif, (5e) ou le contrôle raté d’Irvin Cardona (37e), “Poche” aurait vécu une soirée bien différente.

L’absence de Neymar, qui se remet d’une blessure à une cheville, pèse sur l’animation, d’autant que Kylian Mbappé continue d’enchaîner les maladresses, après celles observées à Saint-Etienne.

Mais comme son prédécesseur Thomas Tuchel, Pochettino sait se montrer pragmatique et se satisfaire des éléments positifs, comme l’efficacité retrouvée sur coups de pied arrêtés.

C’est à la suite d’un corner d’Angel di Maria que Moise Kean, de la tête, a débloqué le score, pour son 4e but lors des cinq dernières journées. Marquinhos (25e) et Marco Verratti (32e) se sont également illustrés dans l’exercice, avec moins de réussite.

Le PSG a également montré sa volonté de presser haut, et ce pendant 90 minutes, alors qu’il avait du mal à tenir la distance ces dernières semaines.

Le retour d’Icardi, buteur pour la première fois depuis le 27 septembre, est également une bonne nouvelle pour “Poche”, qui s’est bien senti comme chez lui, finalement, au Parc des princes.