L1: Paris, vivement les vacances

Le défenseur brésilien et capitaine du Paris Saint-Germain, Marquinhos, au sol sur le terrain lors de la rencontre du groupe H de Ligue des champions contre le RB Leipzig, le mercredi 4 novembre 2020
Par Adrien VICENTE / © 2020 AFP

Corps fatigués, mental usé, infirmerie bondée… Le Paris SG semble lessivé avant de recevoir Strasbourg mercredi (21h00) en Ligue 1, pour son dernier match d’une année 2020 aux airs de marathon.

Ce n’est pas un “Boxing Day” comme en Angleterre, mais ce match, la veille du réveillon de Noël, est au moins aussi éprouvant pour le champion de France.

Depuis le début de la saison, les Parisiens ont disputé 22 matches en compétition, au rythme effréné de deux par semaine, hors fenêtres internationales qui ont concerné de nombreux joueurs. Au total, le club finira l’année civile avec 46 matches (plus quatre amicaux) au compteur, alors même que le confinement du printemps avait mis un terme prématuré à la saison 2019-2020 de L1.

Avec un calendrier bouleversé par la pandémie de Covid-19, les vice-champions d’Europe ont dû reprendre la compétition en plein été, jusqu’à disputer fin août la finale de la Ligue des champions (perdue 1-0 contre le Bayern Munich).

Puis ils ont dû enchaîner très vite avec la Ligue 1, sacrifiant la traditionnelle préparation d’avant-saison qui prépare les organismes à tenir sur la durée.

Résultat: les joueurs, sur-sollicités, ont craqué. Et le PSG, déjà diminué par plusieurs cas de Covid-19 dans son effectif, s’est retrouvé pris dans un cercle vicieux de blessures musculaires.

“On va tuer les joueurs”, s’inquiétait déjà en octobre l’entraîneur Thomas Tuchel.

“Dans mon esprit, et nous sommes plusieurs à le ressentir, ce n’est pas une nouvelle saison”, déplorait aussi Kylian Mbappé. “Pour moi, on est au 60e match de la saison”.

“C’est trop”

Contre Strasbourg, la liste des absents fait peur à voir.

Neymar (cheville), Mauro Icardi (adducteurs), Presnel Kimpembe (adducteurs), Pablo Sarabia (ischio-jambiers), Alessandro Florenzi (cheville), Layvin Kurzawa (cuisse), Abdou Diallo (ischio-jambiers), Danilo Pereira (ischio-jambiers), Juan Bernat (genou)… et peut-être Mbappé, dont l’état physique a inquiété dimanche lors du nul (0-0) à Lille.

Et pour les autres, la fatigue risque d’être au rendez-vous. “On n’a pas deux jours pour préparer Strasbourg parce qu’on va arriver à 3 ou 4 heures du matin et on va encore manquer de sommeil et de temps de récupération. Et voilà, il faudra trouver 11 titulaires… C’est trop”, a fustigé Thomas Tuchel après le match à Lille.

L’entraîneur parisien a critiqué la décision de la Ligue et des diffuseurs de faire souvent jouer le PSG à 21h00, un horaire favorable aux télévisions mais qui suppose un manque de sommeil pour les joueurs, qui regagnent leur domicile tard dans la nuit.

Sportivement, le champion de France, qui n’a jamais fait dans le détail contre les “petits” du Championnat, reste favori contre le Racing, 16e au classement. Même avec une équipe bis qui aurait, blessures ou non, de toutes les façons été alignée.

Le PSG peut même espérer entamer 2021 à la première place, en cas de faux pas du leader Lille (à Montpellier) et du dauphin Lyon (contre Nantes).

Mais l’objectif premier sera sans doute d’éviter de garnir l’infirmerie, en vue de la reprise de la compétition… dès le 6 janvier à Saint-Etienne. Les vacances seront de courte durée.