L1: Nice nouveau dauphin après avoir résisté à Strasbourg

L’attaquant niçois Amine Gouri, au milieu de son homologue strasbourgeois Kevin Gameiro et du défenseur Lucas Perrin, lors de la 26e journée de Ligue 1, le 26 février 2022 au Stade de La Meinau
/ © 2022 AFP

Nice, qui a joué à dix presque toute la seconde période, a résisté sur la pelouse de Strasbourg grâce à un Walter Benitez infranchissable (0-0) et s’est emparé de la deuxième place de L1, samedi lors de la 26e journée.

L’OGCN, qui a plié sans rompre dans un stade de la Meinau comme toujours incandescent, a confirmé son statut de meilleure défense du championnat (21 buts encaissés dont seulement 7 à l’extérieur) malgré l’exclusion précoce de son défenseur central et capitaine Dante (48e).

Les Azuréens, qui ont contenu un concurrent direct aux places européennes, peuvent remercier leur gardien argentin qui a multiplié les parades décisives, notamment en fin de rencontre quand il avait récupéré le brassard.

Après avoir enregistré leur cinquième match nul de la saison, les Aiglons totalisent désormais 46 points et devancent Marseille à la différence de buts. Mais l’OM aura la possibilité de récupérer sa place de dauphin en ramenant un résultat positif de son déplacement à Troyes dimanche (17h05).

Le Racing, qui a dominé le match (63% de possession, 16 tirs à 3, 34 centres à 11), pourra regretter son manque d’efficacité. Une victoire aurait en effet permis aux Alsaciens de grimper sur le podium, alors qu’ils reculent finalement au 5e rang (43 points) derrière Rennes (43 pts également), vainqueur vendredi à Montpellier (4-2).

Poussé par son bouillant public, le RCSA a entamé la rencontre pied au plancher en imposant une énorme pression à l’OGCN. Acculés dans leur camp, les Niçois, organisés en 5-4-1 au lieu du 4-4-2 habituel, ont eu énormément de mal à sortir de leur moitié de terrain.

Ce pressing très haut a permis aux Strasbourgeois de se créer la première occasion: après une récupération de balle, Adrien Thomasson a transmis à Anthony Caci, qui a combiné dans la surface avec Kévin Gameiro, dont la frappe enroulée du droit s’est envolée au-dessus du but (15e).

Benitez intraitable

Sur l’action suivante, les Azuréens sont partis en contre et Amine Gouiri, lancé en profondeur, a pénétré dans la surface mais a été taclé superbement par Alexander Djiku avant d’avoir pu tirer (15e).

Walter Benitez a ensuite sorti magnifiquement une frappe de Sanjin Prcic qui prenait la direction de sa lucarne (29e).

Malmenés, les Aiglons ont toutefois eu une grosse occasion juste avant la mi-temps: après une perte de balle alsacienne, Andy Delort a servi Gouiri qui a réussi à placer une frappe entre deux défenseurs mais le ballon a fui la lucarne opposée (45e).

Dès le retour des vestiaires, la tâche des Niçois s’est compliquée avec l’exclusion de Dante pour un second avertissement (48e).

Pourtant, il a fallu attendre le dernier quart d’heure pour voir les Strasbourgeois se montrer menaçants. Mais Benitez s’est montré intraitable sur une tête de Gameiro (73e), puis face à Habib Diallo (79e, 84e, 87e).

Nice a tenu bon et pourra aborder sereinement une semaine décisive pour ses ambitions avec la demi-finale de la Coupe de France face à Versailles (N2) mardi puis la réception samedi du Paris SG, leader incontestable de L1.