L1: Nantes continue d’avancer

La joie des Nantais vainqueurs de Clermont Foot à La Beaujoire, le 23 octobre 2021
/ © 2021 AFP

Nantes a confirmé sa bonne forme en s’imposant 2-1 contre Clermont dans un match qui a attendu deux expulsions pour vraiment démarrer lors de la 11e journée de Ligue 1 samedi au stade de la Beaujoire.

Avec un jeu moins attrayant qu’en septembre mais plus de réussite, les hommes d’Antoine Kombouaré, passés tout près de la relégation l’an dernier, accrochent une 5e place provisoire (17 points).

Pour Clermont, le promu auteur d’un départ canon et d’un succès de prestige la semaine dernière contre les champions de France en titre, c’est un nouveau coup d’arrêt (14e, 13 points) avant la délicate réception de Marseille la semaine prochaine.

Après une première période frustrante, avec plus de mauvais gestes et de joueurs à terre que de beau jeu, le match s’est réellement joué dans la seconde mi-temps disputée à 10 contre 10.

noms d’oiseaux

Le match était parti sur un bon rythme, avec une reprise de volée non cadrée de Rori Pereira de Sa (9e), rapidement imité par Mohamed Bayo de l’autre côté (11e). Mais la suite a été plus hachée, marquée par une série de fautes, de simulations et de tensions.

L’arbitre a sorti un premier carton rouge dès la 30e minute pour Johan Gastien, coupable d’un geste d’énervement contre le pressing d’Andrei Girotto.

Et alors que les noms d’oiseaux ont volé entre les deux entraîneurs, Sébastien Corchia a été exclu à son tour, après intervention de la VAR, pour un tacle en retard dangereux contre Vital Nsimba, le héros de la victoire contre Lille la semaine dernière (41e).

Entre-temps, Nantes avait ouvert le score sur un coup franc tiré par Corchia et joliement prolongé du droit par Girotto (1-0, 38e).

Avec des esprits enfin calmés et des espaces ouverts, le jeu s’est animé.

Servi dans l’axe par Elbasa Rashani, Bayo a égalisé d’une superbe frappe sous la barre en début de seconde période (1-1, 49e).

Mais Nantes a repris l’avantage dans un beau mouvement: idéalement lancé par Ludovic Blas, Randal Kolo Muani, altruiste, a choisi de remettre en retrait pour le milieu offensif, qui a fusillé Arthur Desmas d’une frappe le long du poteau (2-1, 61e).

Dans un final bien plus débridé, Florent Ogier a repoussé sur sa ligne une frappe de Kolo Muani alors que Desmas était battu (75e), mais le gardien s’est bien interposé face à Moses Simon (81e).