L1 – Montpellier: Savanier, meneur à l’ancienne

Le milieu de terrain de Montpellier, Téji Savanier, après avoir marqué un but contre Lyon, le 15 septembre 2020 au stade de la Mosson
/ © 2020 AFP

Origine gitane, cœur montpelliérain et N.10 à l’ancienne: Téji Savanier perpétue un art de vivre et de jouer hors des sentiers battus, à l’heure de retrouver Nîmes, son ancien club, pour le derby dimanche à la Mosson, pour la 6e journée de Ligue 1.

Plus haut sur le terrain que les saisons précédentes, Savanier évolue dans un rôle de meneur à la Platini. Au-delà de ses trois buts, de sa passe décisive, de la justesse de ses coups de pied arrêtés, il guide, fait jouer ses partenaires et s’impose comme le maître à jouer.

Et cette fois il est devenu prophète en son pays.

A l’été 2019, Téji Savanier est revenu à Montpellier, son club formateur, par la grande porte au terme d’un transfert record pour le MHSC de 10 millions d’euros et d’un départ contrarié de Nîmes (2015-19).

Épargné par une blessure à un genou, qui a contrarié son début de saison passée, “Téji” amorce sa seconde saison dans l’Hérault dans la sérénité.

“Il a eu besoin de se libérer du poids du transfert, surtout d’une blessure et d’un temps d’acclimatation”, rappelle à l’AFP Michel Mézy, conseiller du président Laurent Nicollin.

Savanier défie les lois du football moderne, réinvente un jeu d’un autre temps.

Attaché au quartier de la cité Gély où il vit encore, lié à sa communauté gitane, il a préféré rentrer dans son club formateur l’été dernier plutôt que de céder à la tentation de propositions alléchantes du FC Séville ou de l’AC Milan.

Il avait pourtant dû quitter Montpellier en 2011, barré par Belhanda, Stambouli, Cabella, ses vieux potes de promo vainqueurs de la Gambardella en 2009, et “s’exiler” aux bornes de la région, à Arles-Avignon, puis à Nîmes, pour mieux y revenir.

“Très respecté”

“Il se réfugie dans la famille. C’est un garçon très agréable dans la vie d’une équipe et attaché à son club”, témoigne Mézy.

A 28 ans, Savanier gagne une reconnaissance tardive à l’aube de sa troisième saison en Ligue 1.

“Régulier, en pleine maturité, il s’est installé dans le foot français en montrant de belles choses. Il est devenu un joueur très respecté”, estime pour l’AFP René Girard, ancien entraîneur de Montpellier (2009-13).

Même le sélectionneur a un œil sur lui. Savanier est “un joueur intéressant, surprenant”, a estimé Didier Deschamps, intéressé par “les deux, trois derniers matches”, durant lesquels le joueur a été “décisif”.

“Quand il est parti, il y avait un doute: aura-t-il le coffre? Depuis, il a démontré qu’il était un joueur complet, technique, décisif sur les coups de pied arrêtés et il s’éclate”, abonde Girard.

“Il s’éclate”

“Ce joueur plein de malice est au-dessus du lot dans une position plus avancée. Il va là où ça fait mal. Je me régale de le voir jouer, de le voir faire jouer une équipe qui produit du beau jeu et se comporte en vraie équipe”, résume Michel Mézy.

Dépourvu de tout superflu, et des attentes, Savanier pèse sur la meilleure attaque de L1 et pousse même le meneur Florent Mollet sur la touche. Il alimente le duo d’attaque Andy Delort-Gaëtan Laborde, auteurs de cinq buts et six passe décisives à eux deux.

“Il s’éclate dans cette position. Il a moins de contraintes défensives, il est plus libre et se tourne naturellement vers l’attaque”, relève Laborde.

“Nos performances ont un lien avec le replacement de Téji, qui est dans le même moule que nous”, poursuit-il, associant Delort.

Hésitante à domicile jusqu’à son arrivée en 2019, l’équipe de Michel Der Zakarian est redevenue maître de la Mosson, où elle séduit, enchaîne buts et victoires, à l’image de sa récente série devant Nice (3-1), Lyon (2-1) ou Angers (4-1).

“Le poste de numéro 10 lui convient bien. Il aime avoir le ballon et voit bien le jeu”, assure René Girard.

Pour son premier derby, dans la peau d’un ancien Crocodile et d’un néo-Montpelliérain, Téji Savanier va devoir déjouer tous les pièges.

“Il est assez grand et lucide pour gérer ça tout seul”, souffle “Der Zak” avant ce rendez-vous, “qui est le match de la saison”. Et d’une vie pour Téji.