L1: Montpellier enfonce Bordeaux

L’attaquant de Montpellier Andy Delort (g) à la lutte avec le défenseur brésilien des Girondins Pablo, le 7 novembre 2020 à Bordeaux
/ © 2020 AFP

Montpellier, sur la lancée de son regain observé à Saint-Etienne (1-0), s’est logiquement imposé à Bordeaux (2-0), qui n’a même pas fait illusion samedi à l’occasion de la 10e journée de Ligue 1.

Le sourire est revenu dans l’Hérault. Pour de bon. Oublié le lourd faux-pas concédé à neuf à la Mosson face à Reims (0-4), les hommes de Michel Der Zarkarian ont confirmé leur retour au premier plan, à l’affût d’un podium de nouveau proche en attendant tous les résultats du week-end.

Leur collectif, une nouvelle fois articulé dans un 4-3-3Hilton purgeait son deuxième et dernier match de suspensionfaisant la part belle au jeu au sol avec des techniciens de talent comme Savanier et Mollet et un Laborde intenable, s’est montré mieux huilé, plus cohérent et surtout plus efficace.

Alors que son hôte, pour sortir de sa torpeur, a vaguement attendu un exploit de Ben Arfa, auteur de deux accélérations avant la pause pas loin de faire mouche (39e, 43e), et n’a comptabilisé qu’une situation franche digne de ce nomZerkane au dessus (42e)le MHSC a construit son succès au retour des vestiaires en profitant des largesses défensives locales.

Une belle connexion Sambia-Laborde enrhumant le côté gauche bordelais, suivie d’un débordement de l’ancien girondin et d’un centre en retrait imparable pour Mollet esseulé (49e), sa cinquième passe décisive cette saison, et voilà comment débloquer facilement ce match plus ou moins équilibré jusque-là, avec des gardiens peu sollicités.

Cette saison, à chaque fois qu’ils prennent un but, les hommes de Jean-Louis Gasset se crispent et… craquent. Ca n’a pas raté, un quart d’heure plus tard, sur un contre express mené plein champ, Savanier sert parfaitement dans la course Delort qui résiste à Koscielny avant d’ajuster Costil (0-2). Limpide.

En manque cruel de confiance après leur revers en Principauté, ce second but a plombé définitivement des Bordelais sans solution, sans cohésion, sans sang neuf pour se rebeller et vraiment embarqués pour une saison galère.